Vainqueur du tournoi, l’Espagnol termine aussi premier du classement européen. Sa semaine lui aura rapporté 5 millions de dollars ! Thomas Pieters finit à une belle sixième place.

Thomas Pieters a finalement terminé à la sixième place du DP World Championship qui s’est disputé sur le parcours du Jumeirah Estates (par 72) à Dubaï. Bien placé au départ du quatrième tour de cette finale de l’European Tour, l’Anversois a mal négocié ses premiers neuf trous, concédant trois vilains bogeys sur les trous 2, 6 et 8. Heureusement, il a eu une belle réaction sur le retour avec trois birdies sur les trous 14, 15 et 18 pour rentrer une dernière carte dans le par. Au terme des 72 trous du tournoi, Pieters termine à 10 sous le par. De son côté, Thomas Detry a connu une mauvaise dernière journée avec un score de 75 (cinq bogeys, deux birdies). Il clôture l’épreuve à 2 sous le par, à la 28ème place. A la Race to Dubai, classement de la saison, les deux joueurs belges font partie du Top 50. Thomas Pieters finit à la 31ème place et Thomas Detry à la 42ème. Rappelons que Nicolas Colsaerts occupe, lui, la 55ème position.

La victoire dans ce dernier tournoi de la saison est revenue à Jon Rahm, avec un total de 19 sous le par. Grâce à un birdie (sortie de bunker et putt) sur le dernier trou, l’Espagnol a conservé un coup d’avance sur l’Anglais Tommy Fleetwood qui revenait à ses trousses comme une fusée. Le Français Mike Lorenzo-Vera occupe la troisième place sur le podium à -17.

Impressionnant tout au long du tournoi, Jon Rahm fait coup double en remportant, en prime, le classement européen de l’année. C’est le deuxième joueur espagnol à clôturer l’année à la première place du circuit après un certain Severiano Ballesteros. Financièrement, sa semaine à Dubaï est également particulièrement rentable avec un chèque de 3 millions de dollars pour son succès dans le tournoi et un bonus de 2 millions pour son sacre à la Race. Cerise sur le gâteau : il pointera ce lundi à la troisième place de la hiérarchie mondiale. A 25 ans, il ne lui manque plus désormais qu’un sacre dans un tournoi du Grand Chelem.