Décidément, le trône de numéro un mondial brûle les fesses des meilleurs joueurs de la planète ! Après avoir été occupé brièvement ces dernières semaines par l’Espagnol Jon Rahm et l’Américain Justin Thomas, c’est au tour de Dustin Johnson d’en prendre possession. Victorieux du Northern Trust (premier tournoi de la FedEx Cup), le géant de Columbia s’est hissé, ce lundi, au sommet de la hiérarchie mondiale au nez et à la barbe de ses deux rivaux. En pleine confiance, « D.J. » a fait étalage de toute sa classe sur le parcours du TPC Boston et a remporté l’épreuve avec un total stupéfiant de 30 sous le par. C’est son 22e titre sur le PGA Tour.

En état de grâce lors du deuxième tour, Johnson n’a eu besoin que de 27 coups pour boucler les 9 premiers trous (deux eagles et 5 birdies), égalant le record sur le PGA Tour! Lors du dernier tour, en total contrôle, il a touché les 18 greens en régulation. A l’arrivée, après les 72 trous, il termine avec la bagatelle de 11 coups d’avance sur Harry English, son plus proche poursuivant. Il faut remonter à 2006 et à la victoire de Phil Mickelson au BellStouth Classic pour retrouver une marge aussi grande.

Dustin Johnson, 36 ans, avait déjà occupé la place de « number one » en 2017. Des soucis au dos ont ensuite régulièrement freiné ses performances. Le voilà à nouveau au meilleur de sa forme, prêt à terminer la saison sur les chapeaux de roues avec, en toile de fond, dans un mois, l'US Open. C'est à ce jour le seul titre du Grand Chelem qu'il a déjà inscrit à son palmarès. C'était en 2016.