Nina Derwael continue à marquer l’histoire de son sport. Championne olympique et double championne du monde aux barres asymétriques, la Limbourgeoise partageait déjà avec la Britannique Georgia Mae-Fenton un élément à leur nom (le Derwael-Fenton) après l'avoir toutes deux exécuté lors des Mondiaux 2017 à Montréal. 

Depuis quelques jours, la médaillée d’or de Tokyo bénéficie, seule cette fois, d’une nouvelle reconnaissance grâce à un enchaînement complexe qu’elle avait tenté et réussi lors de la manche de Coupe du monde d’Osijek, en Croatie, au mois de juin dernier. Cet élément, associé à la valeur H (0.8 points de bonification) sur une échelle de difficulté allant de A à... H, a été intégré officiellement au code de pointage à la fin du mois de septembre.


"Nina Derwael a présenté une nouvelle version du populaire Nabieva aux barres asymétriques, un Tkatchev tendu agrémenté d’un demi-tour avec prise mixte désormais appelé le Derwael 2", décrit la Fédération internationale de gymnastique.

Trois autres gymnastes ont hérité de nouveaux éléments à leur nom : la Portugaise Filippa Martins (barres) et les Brésiliennes Lorrane Oliveira dos Santos (sol) et Julia Soares Das Neves Botega (poutre). "Ceci constitue une évolution excitante d’éléments qui sont exécutés aujourd’hui dans la gymnastique féminine par des femmes s’efforçant d’ouvrir de nouvelles voies de difficulté au travers de leurs innovations", souligne la Fédération internationale.

Lors des derniers Jeux olympiques de Tokyo, Nina Derwael n'avait pas opté pour ce nouvel élément, lui préférant un Derwael-Fenton déjà parfaitement intégré à sa routine. Un choix payant !