Gerald Cosyns, président du Daring: “Les Red Lions sont impayables"

Le Daring a connu un âge d’or au lendemain de la Première Guerre mondiale - titres de 1946 à 1949 - avant de rentrer dans les rangs.

Gerald Cosyns, président du Daring: “Les Red Lions sont impayables"
©Demaret Philippe

Le Daring a connu un âge d’or au lendemain de la Première Guerre mondiale - titres de 1946 à 1949 - avant de rentrer dans les rangs.

Sous l’impulsion de Gérald Cosyns, le club de Molenbeek a refait surface au plus haut niveau en Belgique. En 2013, Molenbeek est venu chatouiller le sud de Bruxelles avant de vivre deux années folles. En 2014, le Dar a chipé la 3e place de championnat et le 3e ticket pour l’EHL. En 2015, les Rayés rouge et noir ont même poussé les portes de l’Europe jusqu’en demi-finales. Brunet, Enrique Wegnez ou encore les frères Cosyns ont écrit ces beaux chapitres de l’histoire.

Molenbeek a toujours souffert de son image. Le matricule peine à attirer de grands joueurs belges. Ainsi, les Red Lions se font très rares. Tanguy Cosyns et Victor Wegnez étaient d’abord des enfants du quartier. "Aujourd’hui, nous ne sommes plus obsédés par l’idée d’attirer des Red Lions. Ils sont impayables. Un Red coûte plus cher qu’un étranger. Ils sont champions du monde. Pourtant, je suis convaincu que nous pouvons aider des jeunes à trouver leur place chez les Reds. Je prends l’exemple de Tanguy Cosyns qui a retrouvé sa place à la suite de son passage chez nous", conclut Ryan Deuvaert.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be