La veillée d’armes des Panthers: une semaine de repos qui a fait du bien aux joueuses belges

La semaine de repos de l’équipe nationale féminine de hockey était bien nécessaire pour les joueuses.

Philippe Demaret
La veillée d’armes des Panthers: une semaine de repos qui a fait du bien aux joueuses belges
©BELGA

Après une longue période de Pro League, couronnée par une 4e place au classement final de cette compétition, les Red Panthers s’étaient envolées pour l’Espagne, passablement lessivées par les efforts fournis. Les 10 rencontres disputées en moins d’un mois et demi ont été épuisantes pour les organismes et la semaine de repos accordée aux joueuses aura été bénéfique.

Judith Vandermeiren, la puissante milieu de jeu, souligne le travail de surveillance réalisé par le staff. "Cela aura été fatigant. Les voyages en Angleterre, à Den Bosch et l'enchainement de ces rencontres étaient lourds au niveau physique et mental ; nous étions à 100% dans ces matchs. Le travail d'analyse de chaque rencontre était intense et fouillé. Mais c'était une préparation idéale pour cette coupe du Monde avec de l'intensité et de la qualité de jeu. Le staff nous suit de très près avec le gps, les performances et les réponses aux questionnaires que nous remplissons chaque jour. Tout est suivi dans les détails : notre sommeil, notre appétit, nos tensions musculaires, etc."

Une semaine de repos

Dès la fin du match contre les USA à Den Bosch, les Panthers ont rejoint Barcelone. « C'était la décompression après un rude période. L'atmosphère en Belgique était géniale, on a eu du public, les résultats étaient positifs et nous ont donné confiance. Mais on était fatiguées et on a heureusement pu trouver un hôtel, loin de tout, mais où tout est prévu, à 20 minutes du stade et où on a toute la place qu'on veut. On est avec les joueuses de l'Argentine et c'est tout. On peut vraiment se reposer et vivre à notre propre rythme." Jusqu'ici, la température n'est pas montée trop haut mais dès ce dimanche, le mercure va dépasser les 30°C. "Nous avons fait tous nos entraînements à 14.00 heures sous le soleil, question de s'habituer. Cela se passe bien, on est équipées de spray froids, de vestes glacées et on prend des suppléments de sel. Tout est calculé, réglé jusqu'aux moindres détails. Le sommeil est important et après un ou deux jours d'adaptation après la décompression de la Pro League, tout le monde est en bonne forme. On a d'ailleurs un peu poussé lors des entraînements pour vérifier cela."

La coupe du Monde a déjà débuté avec la victoire de l'Espagne et les joueuses sont déjà dans l'ambiance du tournoi. « Quand on est allé voir le stade lundi, c'est Berta Bonastre qui nous a accueillies. C'était très chouette de la voir, elle qui a joué avec moi au Braxgata pendant des années : elle est maintenant directrice de l'organisation en Espagne. Tout respire ici le mondial. Babs (Nelen) est allée à la cérémonie d'ouverture jeudi. C'est un Mondial, qui ne se déroule que tous les 4 ans, cela veut dire quelque chose ! Le stade est très chouette, il faudra voir s'il sera aussi plein qu'en Pro League. Le tapis a été posé sur le terrain de football de Terrassa et son rebond est un peu particulier ; un peu comme celui de la Gantoise. Le terrain est un peu plus lent, il accroche un peu et nous devons recalculer le deuxième bond de la balle."

Si les observateurs et fans des Red Panthers font leurs propres prévisions quant aux chances des Red Panthers de décrocher une bonne place finale, voire une médaille, ce n’est pas le cheminement mental que font les joueuses. La première rencontre ce dimanche après-midi face à l’Afrique du Sud est la seule échéance qu’elles ont dans la tête.

« Je ne regarde pas plus loin que dimanche 17.00hr, l’heure de la fin du match. On doit d’abord gagner. On doit ensuite soigner le goal average, car la place va certainement se jouer à ce niveau. On va jouer à 100%, marquer ce premier but, puis aller marquer les suivants. On sait comment on fonctionne, on connaît notre plan. On n’a pas de vidéo de cette équipe, elle n’a pas joué ces dernières années. On sait que ce sont des joueuses physiques, fières de jouer pour leur pays. On ne va certainement pas aller au duel avec elles. On va garder notre structure, notre rythme et ne pas stresser si ça ne rentre pas tout de suite."

Peut-on comparer l'Afrique du Sud aux USA que les Panthers ont rencontré le week-end passé. « Peut-être, c'est une équipe que certaines ont eu dur à battre. Nous, on a pu leur mettre 8 buts en restant disciplinées. On a un jeu qui comporte de moins en moins d'erreurs et de déchets. Et cela c'est très positif."

Les Red Panthers sont concentrées sur leur sujet, elles ont eu une semaine de repos (un repos relatif pour des athlètes de haut niveau) et elles ne sont pas à Terrassa en mode touriste : "Le shopping ici, très peu pour moi (rires)."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be