L'Antwerp évacue la frustration de sa défaite contre l'Herakles

Antwerp - Namur 5-1

Antwerp : Drijver ; Machtelinckx, Huyghe, Van Ginneken ; Paton, Rombouts, Uher, Verheijen ; Bijlaard, Imrie, Stockbroekx, Van Baal, P. Van Straaten puis N. Van Straaten, De Winter, Stockbroekx, Bijlaard, Van Wanrooij.

Namur : d’Hayer ; Dieudonné, Bonanni, V. De Cocquéau, De Moor ; Weicker, Navez ; Pokorny, Destrée, Géruzet, P. De Coquéau puis Oguz, Joye, Cirillo, Jacob, Willemart.

Arbitres : MM. Dagnelie et Uyttenhove

Cartes vertes : 43e Jacob, 46e Destrée, 49e Van Baal, 61e Weicker

Cartes jaunes : 51e Destrée, 66e Dieudonné

Les buts : 4e Uher sur PC (1-0), 30e Jacob sur PC (1-1), 47e Verheijen (2-1), 58e Verheijen sur PC (3-1), 59e Uher (4-1), 66e Uher sur PC (5-1).

Un match qui commence bien pour les deux équipes qui rentrent directement dans leur jeu. Dès les premières minutes, Uher, pour l’Antwerp, marque le premier goal de ce match. Namur se déchaîne alors et prouve la puissance de sa défense ; aucune des deux équipes n’est clairement dominée en ce début de match, mais les arrières de Namur forment ce que l’on pourrait définir de mur. A la 30e minute, Jacob rééquilibre le score en marquant sur PC (1-1), entraînant un élan de motivation de la part des deux équipes. Malheureusement, le match passe et la tension monte, menant à une pluie de cartes jaunes, allant jusqu’à une carte verte pour Namur. Les joueurs namurois n’étant alors plus que 9 sur le terrain se voit totalement déstabilisé, se prenant d’abord deux goals par Verheijen (3-1), suivi par un goal de Uher (4-1). Namur, éssouflé, continue pourtant de se battre tant bien que mal. Thomas Joye, le plus jeune de l’équipe, se démarque par sa rapidité lors du match, doublant à lui seul la défense de l’Antwerp. Cela ne suffira malheureusement pas, puisque Uher finit par mettre le goal final lors d’un PC (5-1), à quelques minutes de coup de sifflet final. Un match qui avait pourtant bien commencé, mais où Namur fût trop vite rattrapé par la pression.


Un victoire difficile du Wat face à un bon Racing

Racing- Watducks 0-2

Racing : Pierre ; Harte, R. Delavignette, Lambeau, Rickli ; Meurmans, Truyens, Wegnez ; De Chaffoy, Cayphas , Hottlet , puis Lucaccioni, Vermylen, Van Lierde, Berton, Weyers

Watducks : Vandenbroucke ; Dumont, Van Strydonck, Charlet, Van Oost ; Wilbers, Van Marcke, Boccard ; T.Willems, Dykmans, Ghislain , puis Sidler, L. Capelle, Lemaire, Depelsenaire, de Backer

Arbitres : MM M. Pontus et J. Ciechanowski

Cartes vertes : 29è Depelsenaire, 44è Sidler

Les buts : 20e Dumont (0-1), 63e Dumont (0-2)

Comment va réagir le Racing après son large succès d’hier face à une grosse opposition dans son objectif de rejoindre le top 8 ? Le début de la rencontre est très équilibrée, le Racing rendant coup pour coup. Les contres des verts sont toujours aussi percutants avec Ghislain à la 5è. Le Racing pousse mais derrière Van Strydonck et Charlet sont intraitables. Les défenses prennent clairement le pas sur les attaques. Tout à la fin du Q1, chaude alerte devant le goal de Vandenbroucke via Weyers très remuant. Dès le Q2, sur une très belle action, Dumont élimine 2 adversaires pour battre Pierre d’un tir croisé. (0-1) Le Racing accuse le coup, mais tente très vite de se relancer. Quelques décisions des arbitres sont contestées, et les rats perdent leur concentration et le fil du match. Les verts tentent de mettre le stick sur la balle tout en restant attentifs aux contres des locaux, ils maitrisent le jeu avec maturité. Une très belle mi-temps surtout du Racing, les visiteurs donnant parfois l’impression de jouer sur la réserve. Dès l’entame du Q3, le Racing pousse, il ne manque que les occases… Les verts en reculant beaucoup laissent passer l’orage, les jeunes étant coachés par un Boccard omniprésent. Les Rats insistent mais ne peuvent tirer profit de 2 PC, ils continuent à tout donner, mais la remarquable organisation visiteuse a raison de leur opiniâtreté, pire à la 63è Dumont, décidément dans tous les bons coups double la mise. Les 2 équipes ne lâchent rien et en voyant le Racing jouer comme ça aujourd’hui, on peut se demander comment il n’est pas beaucoup mieux classé tant sa prestation semblait plus aboutie.


Le Dragons prend ses distances

Dragons – Héraklès 4-3

Dragons : Walter ; Geers, Lootens, Noblett, Della Torre ; Rubens, Denayer, Rombouts; Van Aubel, Charlier, Martinez puis Raes, Cobbaert, Putters, Luyten. 

Héraklès : Timmermans, Puglisi, Le Clef, Haig, Leenders ; M. Donck, Van Damme, Am. Keusters ; De Kerpel, Delaisse, Amorosini puis Van Dessel, Devillé, Van Diest, Ant. Keusters et Harte

Arbitres : MM. T. Hennes et D. Van Den Eede

Cartes vertes : 41e Van Aubel, 62e Denayer et Am. Keusters, 65e Charlier

Carte jaune : 67e DelaisseLes buts : 1er Haig csc (1-0), 6e Van Aubel (2-0), 18e Denayer sur phase de pc (3-0), 19e Delaisse (3-1), 34e Denayer sur phase de pc (4-1), 56e De Kerpel sur pc (4-2), 67e Am. Keusters (4-3)

Victoire pour le Dragons face à l’Héraklès qui s’est imposé 4-3 dimanche après-midi. Les hommes de Michael Van Hesteren font d’abord une excellente opération face à un concurrent direct en vue d’une qualification pour le Top 8. Mais aussi par rapport aux autres adversaires comme le Braxgata, le Racing ou le Daring qui ont perdu des plumes.

Les locaux ont rapidement pris les devants contre les Lierrois. Après quatorze secondes, Haig marquait contre son camp sur un centre puissant de Denayer. Van Aubel faisait rapidement le break avant que Denayer ne concrétise une large domination. Preuve en est : Walter ne toucha aucune balle avant le 3-1 de Delaisse (19e).

L’Héraklès montra un meilleur visage par la suite. Mais son manque de justesse offensive et une bonne assise défensive brasschaatoise permirent au Dragons de gérer sereinement son avance. Une avance creusée par Denayer sur la deuxième variante PC du jour, portant le ratio de réussite à 66%.

Le troisième quart temps vit un Dragons tout en gestion face à des visiteurs victimes de leurs carences une fois dans les 25 adverses. Mais dès la 56e, c’est tout le contraire qui se passa. Amorosini fut oublié dans le cercle et obtint un PC que transforma De Kerpel en pleine lucarne. Fin de match palpitante avec remontada ? Quasi. Amaury Keusters fit 4-3 à trois minutes de la fin et le coach sortit Timmermans pour forcer le partage. En vain. Mais le Dragons s’est fait peur.

Leuven concède un partage contre un Daring déterminé

Daring – Leuven 2-2

Daring : Feldheim ; Legrain, Cicileo, Brunet, Denis ; Vander Gracht, Kruger, Coehlo, Cosyns ; Van Linthoudt, Sior et puis Jacquier, Leffler Charlier, Montone et Marqué

Leuven : Carr ; Guerra, Madeley, Coolen ; Murray, Harris, Gougnard, De Paepe ; Van Lembergen, Maraite, Vila et puis Diaz, Dujardin, Vanden Dael, Dekeyser, Santana,

Arbitres : Melle C. Martin-Schmets et M. M. Dutrieux.

Cartes vertes : 45e Coelho, 52e Kruger, 56e Harris, 56e Vila,

Carte Jaune : 57e Guerra

Les buts : 4e Van Linthoudt (1-0), 30e Maraite (1-1), 54e Vila (1-2), 61e Montone (2-2)

C’est sous de belles couleurs et températures hivernales que le match commence à 15h au Daring. Bien que la possession soit clairement du côté des Louvanistes, c’est le Daring qui débloque le marquoir au bout de la 4ème minute par un puissant shoot de Van Linthoudt qui fait raisonner la planche de Carr. Les visiteurs gardent la domination sur le terrain et enchainent les tentatives et les occasions dangereuses. Mais la défense du Daring ne se démonte pas et ne concède aucune faute dans le cercle.

C’est assez rare de voir un match sans PC durant toute une mi-temps, surtout quand l’un des adversaires est Leuven. A force de présence dans le cercle des hôtes, Pilou Maraite, depuis la baseline, arme un revers d’un angle impossible, cette perle atterrit en pleine lucarne opposée, les compteurs sont remis à zéro (1-1).

La deuxième mi-temps ressemble à la première, des PC et des cartes en plus. On voit sur le terrain une équipe de Leuven attaquer de tous les côtés. Le bloc molenbeekois ne s’écroule pas et tient bon. Le Daring y va même de ses célèbres contre-attaques, mais n’est jamais vraiment dangereux. La fatigue des deux matchs se fait sentir.

Il faut attendre le dernier quart temps et la 54e minutes, lorsque le Daring n’est plus qu’à 10 sur le terrain, pour que Vila et ses co-équipiers réussissent à fissurer la garde de Feldheim, c’est 1-2. Le match s’emballe, trois joueurs de Leuven sont sortis sur cartes (deux vertes et une jaune). Le Daring en profite et Montone qui reçoit un centre depuis pratiquement les cinquante, dévie celle-ci dans les filets de Carr du bout du stick (2-2). Leuven finira le match sur deux PC consécutifs, dont un accompagné par le coup de sifflet final, mais ils ne saisiront pas cette balle de match et concède donc le nul.


Le Léo s'impose largement et expédie les affaires courantes

Old Club - Léopold 1-9

Old Club : Martin ; Lectius, Langen, Lejeune, Jehaes ; Dawance, Kleikenberg, T. Tambwe; de Moor, Neuprez, Geurts puis Marchandisse, Martin, Marechal, Künsch, Lamarche

Léopold : Henet ; Muschs, J. Verdussen, Forgues, Eaton ; De Trez, Cuvelier, Poncelet; A. Verdussen, Boon, Englebert puis Degroote, Baumgarten, Muschs, Vanderborght, Verdoodt.

Arbitres: MM. T. Bigare et A.L. Lemmens

Les buts: 9e Boon (0-1), 12e Degroote (0-2), 24e Englebert (0-3), 36e Baumgarten (0-4), 38e Boon sur pc (0-5), 45e Boon (0-6), 47e Langen sur pc (1-6), 55e Boon sur pc (1-7), 57e Degroote (1-8), 66e Baumgarten (1-9)

Dans cette après-midi légèrement ensoleillée mais froide, l'Old Club accueillait dans sa célèbre cuvette le Leopold. Apres deux douloureuses défaites (contre Namur un concurrent direct et hier face au Racing), les Liégeois avaient fort à faire face à l'une des places fortes du hockey belge. Marchandise et Lamarche rentraient dans la sélection par rapport au match d'hier. Le Leo justement, privé de Max Plennevaux est sur une courbe ascendante après son nul face au Dragons et sa victoire hier au Braxgata. Zimmer, blessé, était absent.

L'Old Club se portait en premier vers l'avant et obtenait le premier pc via Marchandise après une belle séquence entre de Moor et Tambwe. Langen le tirait mais Henet sortait la tentative. Le Leo reagissait via une combinaison entre Englebert et Boon qui ratait l'objectif. Les visiteurs s'installaient petit à petit dans le match. Cuvelier jouait rapidement une faute et centrait devant le but. Personne n'était à la déviation. Boon ouvrait le score en tirant à la retourne. Deux minutes plus tard, Degroote doublait la mise d'une déviation.

Sur un contre rapide, le Leo enfonçait le clou. Boon louchait au dessus du gardien et Englebert concluait. Les contres du Leo faisaient mal, Degroote alertait Martin d'un tir en revers. Quelques minutes plus tard, Arthur Verdussen expédiait son tir en revers sur le poteau. Dans la suite de l'action, les visiteurs héritaient de leur premier pc. Boon tirait dans le cadre mais la défense écartait le danger via Martin. La mi-temps était sifflée sur le score de 0-3. Le Leo profitait à fond des pertes de balles des locaux.

Des la reprise, le Leo prenait le large après des réalisations de Baumgarten et de Boon sur pc. Nouvelle attaque du Leo et Boon s'offrait un triplé après avoir voulu faire marquer Baumgarten. Les Liégeois ne baissaient pas les bras et obtenaient un deuxième pc. Langen le transformait. Dans l'autre sens, Verdoodt forçait un pc. Degroote le tirait, Martin était impeccable, la balle revenait chez le plus jeune des Verdussen, Arthur, qui tirait dans la lucarne mais un défenseur sauvait sur la ligne.

Boon marquait à nouveau des le début du dernier quart sur pc, suivi de Degroote quelques secondes plus tard. L'addition commençait à être lourde. Poncelet enlevait trop son envoi. Hormis le but concédé et un pc stoppé en début de match, Romain Henet passait une après-midi on ne peut plus tranquille. Vanderborght obtenait un pc pour le Leo. Degroote était contré. Nouveau pc que Martin sortait. Baumgarten fixait le score à 1-9. Le Leo a été sérieux, l'Old Club vaillant malgré le score.


L’Orée signe une mi-temps de rêve au Beerschot et renoue avec la victoire

Beerschot – Orée 1-4

Beerschot : H. Verhoeven ; S. Verhoeven, De Sloover, Fürste, Goudsmet, Catlin, H. Peeters, Rossi ; Perez, Capelle, Duvekot ; Puis De Monceau, M. Peeters, Gus, Saeys,

Orée : Thieffry ; Beckers, Stockbroekx, Bellenger, Raemdonck ; Dohmen, Thiéry, Simar ; Callioni, Domene, Clément ; Puis Willocx, Curty, Van Nieuwstadt, Neven, S. Branicki

Arbitres : MM. R. Tinant et V. Loos

Cartes vertes : 29e Thiéry, 61e S. Verhoeven

Les buts : 5e Domene (0-1), 24e Simar (0-2), 32e Van Nieuwstadt (0-3), 48e De Sloover sur stroke (1-3), 59e Domene sur pc (1-4)

L’Orée démarrait avec une certaine réussite. A la 5e minute, Domene était à la réception d’un centre et trompait Verhoeven. Première occasion, premier but. Le Beerschot n’était pas mal entré dans son match. A la 11e minute, le sleep de Domene, sur le premier pc du match, était contré par le premier sorteur. Le Bee répondait par un essai de Perez. L’arbitre avait laissé l’avantage.

A la 17e minute, Max Goudmset tombait en hurlant à la suite d’un contact rugueux. Il se tenait l’épaule. Une longue passe vers le cercle de Stockbroeckx était mal contrôlée par Clément.

Le deuxième quart-temps démarrait par un pc provoqué par Capelle qui centrait vers Perez. Clément, sur la ligne, détournait l’envoi de De Sloover. Sur un contre, Domene ne trouvait pas Callioni. Sur sa 3e occasion, l’Orée plantait déjà son 2e but grâce à une belle passe de Dohmen. Simar était sut le rebond après un premier envoi et trompait Verhoeven. Le Bee ne livrait pas un mauvais match à l’image de De Sloover ou Capelle. Sur un flick de De Sloover, Perez était face au gardien mais trop décentré. Le Bee dominait nettement la fin de première mi-temps. Pourtant, c’est Manu Stockbroeckx qui remontait tout seul 50 mètres pour déposer la balle à Clément qui centrait pour Van Nieuwstadt qui la déposait à son tour dans le but vide (0-3).

En deuxième mi-temps, monsieur Tinant accordait un pc pour une faute de Beckers. De Sloover était contré sur le pc. A la 47e minute, Callioni forçait un pc pour l’Orée. Le sleep de Domene était contré. Catlin trouvait Perez qui était fauché par Beckers. Monsieur Tinant sifflait le stroke. De Sloover réduisait l’écart en prenant Thieffry à contre-pied. Bellenger concédait un pc à la 50e minute.

L’Orée ne trouvait plus s vitesse de première mi-temps. A la 54e minute, le Beerschot provoquait un nouveau pc. Thieffry sortait le sleep de De Sloover. Sur la phase suivante, Beckers était précieux. Le Bee mettait une grosse pression. A la 56e minute, le Bee héritait d’un pc. Thieffry était à nouveau impeccable sur l’envoi de De Sloover. Thieffry se couchait encore. L’Orée subissait fort, mais Stockbroekx allait chercher à la 59e minute un pc. Domene faisait trembler le filet. S. Verhoeven prenait une verte pour une poussée. Callioni ne touchait pas la balle alors que le but était vide. Le Bee obtenait encore un pc à la 65e.

La fin de match confirmait la supériorité de l’Orée.


Une démolition en règle

Gantoise – Braxgata 9-2

Gantoise : Santiago, Dubois, M. Deplus, Tolini, Vanwetter, Kina, de Paeuw, Masson, Goyet, Tynevez, Saladino, puis Esquelin, T. Deplus, Hellin et de Borrekens.

Braxgata : D. Van Rysselberghe, Clément, De Abadal, Luypaert, M. Van Rysselberghe, Van Biesen, Adriaensen, O. Biekens, Onana, Casasayas, De Voogd, puis Bordas, T. Biekens, Van Cleynenbreugel, Van Steerteghem, (et De Ridder).

Arbitres : MM. L. Dooms et C. Hardy.

Carte verte : 31e Luypaert.

Cartes jaunes : 53e de Abadal, 54e Adriaensen.

Les buts : 13e Hellin (1-0) ; 19e Tynevez sur pc (2-0) ; 27e de Borrekens (3-0) ; 28e de Borrekens (4-0) ; 34e Tolini sur pc (5-0) ; 41e Tolini (6-0) ; 43e Tolini sur pc (7-0) ; 49e de Abadal sur pc (7-1) ; 52e Goyet (8-1) ; 60e Esquelin (9-1) ; 67e T. Biekens (9-2).

Les résultats de la veille n’étaient guère favorables au Braxgata, qui n’avait a priori pas grand-chose à espérer de son déplacement à la Noorderlaan, même si en dernière instance Blaise Rogeau devait déclarer forfait. Du côté anversois c’est Loots qui manquait à l’appel.

Le premier danger fut l’apanage du Braxgata avec une contre-attaque de Bob de Voogd, mais Santiago eut le dernier mot. Ce fut déjà tout pour les Boomois, qui perdirent rapidement le contrôle du match. Saladino avait déjà menacé Van Rysselberghe sur la contre-attaque de la phase précédente, à la 13e minute ce fut « caisse » : jonglerie de Goyet sur la ligne de fond, sortie de Van Rysselberghe et balle en retrait vers Hellin qui ouvrit simplement la marque (1-0). Le gardien boomois fit ce qu’il put pour limiter les dégâts devant Tynevez et un pc de Tolini, mais dut s’incliner une deuxième fois sur le 2e pc gantois, sur un rebond de Tynevez (2-0). Ce fut le signal d’une véritable tornade vers le but de Van Rysselberghe : Vanwetter, Saladino puis Masson furent proches du 3-0, qui ne pouvait tarder. Ce fut Arthur de Borrekens qui s’en chargea à la 27e minute, en revers, sur un service de de Paeuw. Une minute plus tard, le jeune talent gantois faisait à nouveau trembler les filets, à la conclusion d’une combinaison Kina-Esquelin (4-0). A deux minutes du repos, les chiffres de forfait apparurent au marquoir sur le 4e pc gantois (5-0). Circulez !

Difficile de résister à un tel déferlement, et celui-ci ne se ralentit pas à la reprise. Il ne fallut que six minutes aux fils d’Artevelde pour retrouver le chemin des filets, sur une montée de Tolini dont le centre en retrait fut dévié par Michel Van Rysselberghe dans son propre but (6-0). Et deux minutes plus tard, le sixième pc gantois fut à nouveau transformé par Tolini : 12 buts en 6 rencontres jouées, difficile de faire mieux !

Battu pour battu, le Brax essaya de sauver l’honneur, e qu’il fit à l’occasion de son premier pc : tir de Luypaert, sauvetage de Santiago et rebond de de Abadal (7-1). Piqués au vif, les Gantois repartirent aussitôt à l’attaque. Kina se fit refuser un but pour des raisons incompréhensibles, mais moins d’une minute plus tard il se vengea en adressant un caviar à Goyet (8-1).

Le dernier quart commença par un petit cadeau aux Gantois qui n’avaient pas besoin de ça : un 7e pc pour une faute hors du cercle, et jaune pour de Abadal qui avait l’idée de protester. Le pc ne donna rien, Van Rysselberghe sauvant un essai de Tolini après une longue phase. Quelques instants plus tard, le Brax se retrouva à 9 après une faute d’Adriaensen sur Kina. Un 8e pc gantois échoua sur le gant de Van Rysselberghe avant que le Brax ne boive le calice jusqu’à la lie :tir de de Borrekens, sauvetage de Van Rysselberghe sur… le pied de l’arbitre Dooms, et reprise d’Esquelin (9-1). Pour les statistiques, Tobias Biekens inscrivit un deuxième but pour le Brax sur un petit effort personnel de la meilleure veine (9-2).