Hockey

Déjà vainqueur de l'Euro Hockey League en 2015 avec le club néerlandais d'Oranje-Zwart - comme avec son équipier actuel Elliot Van Strydonck - Vincent Vanasch a de nouveau été déterminant lundi en finale contre les Allemands du Rot-Weiss Cologne, lundi à Eindhoven.

Le gardien des Red Lions a refoulé durant trois quarts-temps les assauts des champions d'Allemagne avant de voir les plus jeunes éléments de son club donner la leçon aux lauréats de l'édition 2017 en marquant quatre buts dans les dernières minutes. "Je suis fier de mon club", a été la première réaction du double meilleur gardien mondial. "Nous avons eu pas mal de blessés durant les semaines précédant le tournoi (avec Victor Charlet, Guillaume Van Marcke et Simon Gougnard qui n'a pas pu poursuivre le match, ndlr). Mais tous nos jeunes ont répondu présents. Ce ne fut pas facile, et pourtant on a réussi", a ajouté Vanasch.

Avec des titres de champions de Belgique, des Pays-Bas, de vice-champion olympique et de champion du monde avec les Red Lons, le gardien bruxellois ajoute désormais un deuxième titre de champion d'Europe des clubs après celui obtenu avec Oranje-Zwart. "Ceci, c'est complètement différent. Ce fut très dur, physiquement et mentalement, surtout pour nos jeunes, mais nous les anciens avons été là pour les coacher. Cela reste une belle performance d'équipe", a conclu le dernier rempart du premier club belge à soulever le trophée de la plus haute compétition continentale des clubs.

"On a dû bosser en défense et Vince a été incroyable", selon le défenseur Romain Penelle

Déterminant lors des deux derniers shoot-outs, en quart de finale contre le Dragons et en demies contre Mannheimer, Romain Pennelle avait du mal à réaliser la performance réalisée par son équipe en finale de la plus haute compétition européenne des clubs (et sans doute mondiale), après son succès 4-0 face aux champions d'Allemagne du Rot-Weiss Cologne, lundi à Eindhoven. "Ce fut très dur physiquement avec trois matchs en tois jours qui sont restés indécis jusqu'à la fin", a expliqué le fidèle défenseur du Waterloo Ducks, qui a fait toute ses classes d'âge dans le club brabançon wallon. "Les jambes étaient là, mais il a fallu bosser à fond défensivement parce que Cologne a eu une très bonne circulation de balle. Ils ont eu la possession pendant tout le match, mais on a très bien défendu dans nos 25 mètres et dans notre cercle, avec un Vincent (Vanasch) incroyable au goal. C'est lui qui nous garde dans le match.

On a bien contre-attaqué vers la fin, avec un but de William (Ghislain) qui rentre un peu de manière inespérée. On prend bien quelques cartes vertes dans la foulée. Ils poussent énormément à onze contre neuf chez nous. On bétonne pas mal. Ensuite, à onze contre dix, ils ont un poteau et puis sur contre-attaque on se crée un pc, que Gauthier (Boccard) transforme, avant que Max (Bertrand) ne plie le match à nouveau sur contre", a expliqué Penelle, 27 ans, heureux de la réaction des derniers jeunes joueurs de son équipe, à l'image de Manu Cockelaere. "Il s'est entraîné pour la première fois avec nous cette semaine et avait déjà pris un peu de temps de jeu dans les trois matchs précédents. Avec la blessure de Simon Gougnard en début de rencontre, il a dû pallier son absence et l'a fait à la perfection", s'est réjoui le back des Waterlootois, qui seront de retour dès 20h30 lundi dans leurs installations de la drève d'Argenteuil pour fêter dignement le premier titre européen d'un club belge en EHL.

Un bonheur dont ont toujours rêvé sans pouvoir y goûter les deux anciens présidents du club brabançon - Jean-Jacques Luycx, père de Maxime, ancien capitaine des Red Lions, et Pierre Gougnard, papa de Simon, l'actuel international - partis ces deux dernières saisons bien trop tôt à l'aube de la plus belle page de l'histoire de leur cher club.

.