C’est la Gantoise qui conserve la balle durant les premières minutes de la rencontre. Bien que la ligne du cercle soit déjà franchie à plusieurs reprises, Delavignette, Wegnez et Vanwetter veillent à s’interposer face aux éventuels dangers. Après 5 minutes de rencontre, c’est Truyens qui permet aux siens d’entrer enfin dans les 25 gantois, mais sans toutefois atteindre le cercle. La vidéo, qui est disponible lors de cette phase de la compétition, est requise afin de déterminer si la Gantoise aura droit ou non à son premier pc. La réponse est affirmative. Sur cette phase, le défenseur l’arrête du corps sur la ligne. C’est donc stroke. Scheen s’avance et ne tremble pas un instant en plaçant une balle haute à contre-pied de Gucassoff. La Gantoise mène 1-0. Scheen et Cosyns s'entrechoquent à l’approche du cercle, la phase est sifflée en faveur du Racing. Le centre de Cosyns touche la jambe d’un défenseur gantois, le Racing enclenche son compteur à pc, mais pas à goal. Du gant, Santiago repousse la balle. A peine une minute plus tard, Truyens, en une touche, se met en position pour tirer vers la cage, mais Santiago utilise encore son gant. Le gant de Gucassoff chauffe aussi quelques instants plus tard, sur un tir direct en bord de cercle. Il y a déjà un nombre impressionnant d'occasions franches, aussi bien du côté gantois que du côté bruxellois. Le spectacle est bien au rendez-vous. Les Red Lions, Kina et Wegnez servent de rempart d’un coin et de l’autre du terrain. La première carte tombe alors qu’il reste 90 secondes dans ce premier quart. Il s’agit d’une verte et elle est attribuée à Desgouillons. En supériorité numérique, le Racing obtient son deuxième pc sur le buzz de fin de quart. Même si Charlier est présent au rebond, il ne parvient pas à tromper Santiago. Le score reste à 1-0.

Le deuxième quart reprend en même temps que la pluie. Thibault Deplus tente d’atteindre Tynevez esseulé dans le cercle, mais le timing n’est pas bon, Charles Masson quant à lui y va d’un shoot direct en bord de cercle, Gucassoff doit absolument s’interposer. C’est au tour de Martin Ferreiro de se confronter au portier bruxellois, ce dernier ne cède pas. Un deuxième stroke est accordé pour la Gantoise, Gucassoff a du mal à dégager la balle qui est sous lui. Après une intervention du défenseur, l’arbitre décide de directement siffler stroke avant même de passer par le pc. Scheen est de nouveau envoyé au duel, et inscrit un doublé. Bien que pour l’instant les buts aient tous été marqués sur stroke, on l’assure, les occasions sont nombreuses et intéressantes des deux côtés, mais l’avantage est bien du côté gantois. A la demi-heure de jeu, le Racing se voit accorder son troisième pc de l’échange. Charlier est encore présent au rebond, mais cette fois sa balle, renvoyée en un temps, n’est pas cadrée. Les joueurs rentrent aux vestiaires sur le score provisoire de 2-0.

La mi-temps s’entame sur une occasion du Racing, la balle revient trop rapidement sur l’attaquant qui n’a pas assez de recule que pour parfaitement la frapper. Le deuxième pc gantois est repoussé du gant de Gucassoff bien au-dessus de ses cages. Les trente prochaines minutes promettent autant de spectacles que la première partie de match. Après Tynevez c’est De Paeuw qui tente sa chance en bord de cercle, aucun des deux tirs ne modifie le marquoir. On pourrait imaginer qu’avec autant d’occasions, les constructions en équipes sont présentes, mais ce n’est pas véritablement le cas. On remarque deux équipes qui se précipitent en avant, qui agissent bien souvent en contre-attaque, mais donc qui ne se trouvent pas dans les meilleures dispositions une fois le cercle adverse atteint. On peut vraiment avoir l’impression qu’aucune des deux formations ne prend le temps de souffler, de respirer un grand coup et d’aborder les choses de manière réfléchie. Le spectacle est présent, mais les consignes de match sont certainement peu suivies. Alors que Kina se voit attribuer une carte, Cédric Charlier reçoit une balle bord cercle, complètement oublié par la défense gantoise qui n’a pas pu se réorganiser, son capitaine étant sur le banc. Il arme aussitôt un tir qui fait trembler les filets, c’est 2-1. Le Racing réduit l’avantage pris par la Gantoise.

Il reste un quart temps dans cette première manche de finale. Le Racing est cette fois-ci un peu plus en contrôle dans ce match. Ils s’organisent et temporisent. La Gantoise doit, d’une part conserver les trois points, mais surtout poursuivre dans l’écart de buts afin d’avoir un véritable avantage lors de la deuxième manche qui a lieu demain. Kina s’effondre dans le centre du terrain suite à un accrochage, cela interrompt quelques instants la rencontre. La pluie se veut plus drue, tout comme les échanges sur le terrain. Il ne s’agit là pas uniquement d’une remarque sur les conditions météorologiques de la journée, mais bien d’un facteur important, le terrain se voulant être bien plus lent à cause de la pluie. Augustin Meurmans se voit attribuer une carte jaune. Desgouillons reçoit également une carte jaune quelques phases plus tard. Il reste 3 minutes et 30 secondes, le Racing obtient une phase de pc, celle-ci est rapidement jouée, et Cosyns place son envoi dans le coin inférieur gauche du goal. Le score est de 2-2. Plusieurs cartes sont distribuées. Mais le score ne changera pas, la deuxième manche de la finale démarrera sur un équilibre.

Gantoise: Santiago; Scheen, Waller, M. Deplus, T. Deplus; de Paeuw, Goyet, Kina; Tynevez, Ferreiro, Masson, puis de Borrekens, Hellin, Rogeau, Bugallo, Desgouillons.

Racing: Gucassoff; Vanwetter, R. Delavignette, Xavier; Truyens, Meurmans, Lucaccioni, Wegnez; Charlier, de Chaffoy, Cosyns puis Cornez-Massant, Lambeau, Cayphas, Berton, Marquet

Arbitres : MM. S. Michielsen et M. Dutrieux

Cartes vertes : 16e Desgouillons, 50e M. Deplus, 52e Kina, 63e Meurmans

Cartes jaunes : 65e Desgouillons, 69e Meurmans

Les buts : 7e Scheen sur stroke (1-0), 25e Scheen sur stroke (2-0), 53e Charlier (2-1), 68e Cosyns sur pc (2-2)

Penatly Corner : Gantoise (0/3) Racing (1/4)