Avec le départ des 16 Canadiennes, avec de nombreuses étrangères retenues par leur pays dans une année pré-olympique ou d’autres restées au pays par choix suite à la pandémie, jamais le championnat belge n’aura connu un tel nombre de mouvements entrants et sortants. Avec en plus cinq changements de T1, le championnat Dames connaît un nouveau départ avec son lot d’incertitudes d’autant plus grand que nombre d’équipes doivent se reconstruire.

Le premier tour de 13 rencontres est unique et il faudra en tout cas ne pas musarder en chemin. D’autant que le Covid-19 peut jouer des mauvais tours : une seule joueuse contaminée et ce sont trois équipes qui sont mises au chômage technique, avec l’obligation de rejouer les rencontres plus tard. En effet, l’équipe touchée ne peut plus disputer de rencontres pendant deux semaines, et ses adversaires sont donc au repos ; de quoi les obliger à rattraper le temps perdu, et les forcer à jouer en semaine en accumulant les matchs en de courts laps de temps. Dur, dur.

Pour cette première soirée, le derby bruxellois entre le White Star et le Léopold va être d’emblée un gros test pour éviter les fameux play-down. Le White a continué à garnir son noyau au contraire du Léo, lequel a fait confiance à Grégory Herman pour lui donner un nouvel élan ; ce sera malheur au perdant de toute façon.

Les deux montants de Nationale 1 sont d’emblée confrontés à deux gros bras de la Division. Le Wellington a montré de belles dispositions lors de la préparation d’avant-saison et la Gantoise ferait bien de se méfier de son déplacement à Uccle. Quant au Daring, il pourrait créer la surprise face à un Braxgata qui a perdu sa meneuse de jeu Le Clef : les Boomoises ont tout intérêt à faire oublier leurs mauvais départs des deux dernières saisons ; le manque d’expérience de la DH des Molenbeekoises devrait peser dans la balance.