Philippe Gilbert et les cyclistes sont souvent absents lors des élections

BRUXELLES Constamment sur la route, à l'étranger, pour prendre part à des courses, voire à des stages de préparation, les cyclistes belges n'ont pas souvent l'occasion d'accomplir leur devoir de citoyen. Dimanche, par exemple, c'est le départ du Dauphiné Libéré, en France, alors que s'achève le Tour du Luxembourg et que se disputent plusieurs courses en Suisse. "C'est simple : depuis que je suis coureur, je ne me souviens plus de m'être rendu moi-même dans un bureau de vote !" explique Christophe Detilloux. "Je fonctionne donc toujours par procuration. Même si, cette fois, je rentre ce vendredi d'un stage dans les Alpes et que je serai donc présent dimanche. Les élections, c'est important. Dans la famille, on suit ça avec attention."

Son épouse se présente d'ailleurs sur une liste socialiste. Son équipier Philippe Gilbert, lui, ne sera pas en Belgique dimanche puisqu'il débutera le Dauphiné Libéré. "Je n'ai voté qu'une fois dans un bureau de vote ! Toutes les autres fois, ce fut par procuration. Si je m'en foutais, je pourrais ne rien entreprendre comme démarche mais, pour moi, voter demeure un geste important."

Monfort bientôt en France

Même son de cloche pour Ma- xime Monfort, qui ne sera bientôt plus obligé de voter, puisqu'il comp- te se domicilier en France, où il s'est installé. "Mais comme je suis en Belgique pour visiter la famille, j'irai voter dimanche !" explique le coureur de Cofidis. "Cette semaine en Belgique m'a également permis d'analyser les programmes des différents partis !"



© La Dernière Heure 2007