Pour Pierre Bronchart, c'est déjà le deuxième rendez-vous dans l'habit du sélectionneur fédéral. 

On sent chez le Lessinois plus d'assurance qu'il y a un an au moment d'aborder les Mondiaux espagnols de Valence qui, rappelons-le, a tout de même valu à la Belgique de décrocher le seul titre qui manquait à son déjà copieux palmarès, le Llargues. Dans quel état d'esprit est-il pour aborder le Championnat d'Europe qui se tient de ce jeudi 17 au samedi 19 septembre à Maubeuge, dans le nord de la France.

Pierre Bronchart, la Belgique va continuer son histoire et tenter d'étoffer son palmarès dès ce jeudi, mais elle devra le faire sans Samuel Brassart, son chef de file depuis plus de dix ans. On part dans l'inconnu, là...

«Il est inutile, je pense, de rappeler toutes les satisfactions que Samuel a apporté à son pays. Il s'investissait pleinement dans l'équipe, mais je dispose de joueurs tout à fait capables de prendre ce relais. Samuel avait l'art d'entraîner tout le monde dans son sillage via son tempo, mais, durant les différents entraînements, nous avons pu remarquer que des joueurs pouvaient reprendre, peut-être de manière plus collective, ce rôle.»

Et les joueurs qui se sont révélés étaient ceux auxquels vous pensiez?

«Si vous voulez des noms, j'en vois trois: Guillaume Dumoulin, Benjamin Dochier et David De Vits, trois éléments très expérimentés, qui jouent un rôle de guide vis-à-vis des jeunes qu'on a intégrés.»

Deux très jeunes, Steve Soquette et Tanguy Metayer, sont apparus dans la sélection. La relève frappe à la porte...

«Il faut du sang frais dans tout groupe. Steve va certainement nous apporter beaucoup au One Wall, et Tanguy, après quelques entraînements, a montré des qualités intéressantes, pour le jeu international. C'est un signal fort vis-à-vis des autres jeunes que nous voulions donner.»

Tanguy Metayer ne figurait pas dans la présélection. C'est au retour de l'Euro des jeunes en Italie que vous avez décidé de le prendre avec vous?

«Je l'ai beaucoup vu et observé aux entraînements préparatoires à l'Italie, lors de la compétition proprement dite et durant nos séances à nous. Et il entrait aussi dans ma réflexion concernant le One Wall où, outre les deux joueurs destinés à cette compétition, il me fallait un autre support. Le One Wall se prépare de manière très spécifique et si l'on pouvait penser que Guillaume Dumoulin aurait pu être ce support, son implication dans la saison de jeu de balle avec sa présence jusqu'en finale l'empêchait de se préparer spécifiquement au One Wall. Dès lors, nous avons pensé à Tanguy.»

On se trompe où c'est en One Wall que la Belgique progresse le plus.

«Ce n'est pas une impression. Aux entraînements, nous avons créé un pôle entre les adultes et les jeunes. Cela a permis de réaliser une bonne préparation des jeunes avant l'Euro en Italie qui ont pu bénéficier des conseils des adultes. Et nous avons maintenu cette formule pour Maubeuge. Si bien que nous pouvons dire que nous sommes bien mieux préparés que les Mondiaux de l'an dernier.»

Et quels sont vos objectifs pour l'Euro?

«Quand on est la Belgique, on est naturellement ambitieux. Je veux d'abord que mes gars prennent du plaisir. Pour le reste, au jeu international et au Llargues, nous tenterons de viser le titre. Cependant, il faut toujours être prudent car on l'a déjà souvent remarqué: cela se joue sur des détails. Au One Wall, nous tenterons de faire de notre mieux, c'est-à-dire essayer d'aller chercher une médaille. Pour y parvenir, il s'agira de sortir des poules car le tirage nous a tout de même offert les Pays-Bas et l'Espagne, mais j'ai bon espoir d'obtenir des résultats.»


Thierry Dufour: «Il faut s'investir dans le One Wall»

© DR

Président de la coupole fédérale depuis janvier dernier, Thierry Dufour va déjà vivre son deuxième rendez-vous dans son costume de big boss de la NK-FNJP. Après l'Euro pour les jeunes en Italie en juillet dernier, le Hallois de naissance met le cap sur Maubeuge pour le Championnat d'Europe des jeux de paume avec nos Diables.

Président, après un Euro italien pour les jeunes plus que réussi, les Diables seront une nouvelle fois ambitieux sur le sol français...

«Au Llargues, nous sommes champions du monde. Dans n'importe quelle sport, l'histoire a souvent démontré qu'une équipe championne du monde avait du mal à conserver son titre en Europe. C'est la gageure que nous allons essayer de réussir. Au jeu international, nous avions échoué en finale face à l'Espagne. J'espère que cette fois-ci, nous irons au bout, en sachant que, souvent, des détails font parfois la différence.»

En outre, dans cette discipline, il n'y a jamais de gros favori qui se détache...

«C'est vrai, mais il y a une polémique avec les Italiens concernant le jeu international. Ils veulent jouer avec leur protection, mais lors de la réunion de la CIJB en Italie en juillet, la Belgique, suivie par la France, les Pays-Bas et même l'Espagne, a refusé que l'on change les règlements avant l'Euro. Du coup, les Transalpins menacent de ne s'aligner qu'au One Wall. C'est leur choix, tant pis pour eux s'ils s'obstinent. Par le passé, la Belgique a trop souvent plié aux exigences des uns et des autres. C'est fini.»

Quand on évoque le One Wall, nous sommes toujours plus prudents...

«C'est vrai même si notre pays progresse à ce niveau, nous devons encore beaucoup nous investir dans cette discipline d'avenir. Avec les jeunes, on a vu en Italie que le talent est bien présent. Avec des joueurs comme Tanguy Metayer, Steve Soquette, de brillants jeunes, associés à l'expérience de Sébastien Potiez, nous pouvons résolument être optimistes et ambitieux pour cet Euro.»

Et pour nos féminines?

«Avec nos féminines, on sait qu'elles ne sont pas favorites, mais les jeunes ont montré en Italie qu'avec de la volonté et du caractère, on pouvait faire quelque chose de bien. Guy Faignart fait beaucoup d'efforts pour faire progresser nos féminines. Tous doivent être encouragés. Comment? En les soutenant et en nous investissant pour développer le One Wall dans notre pays. Au retour de mes vacances, je présenterai mon plan de transformations dans lequel un chapitre est consacré au One Wall féminin.»


LA SELECTION

HOMMES

Cédric Bosse

© DR
34 ans – Galmaarden

Sélection: Espagne 2014.


Donatien Delbecq

© DR
24 ans – Thieulain

Sélections: Pays-Bas 2012, Espagne 2014.


David De Vits

© DR
40 ans – Kerksken

Sélections: Belgique 2007, Equateur 2008, Espagne 2010, Pays-Bas 2012, Espagne 2014.


Benjamin Dochier

© DR
30 ans – Kerksken

Sélections: Belgique 2007, Equateur 2008, Espagne 2010, Pays-Bas 2012, Espagne 2014.


Guillaume Dumoulin

© DR
32 ans – Baasrode

Sélections: Belgique 2007, Equateur 2008, Espagne 2010, Pays-Bas 2012.


Dimitri Dupont

© DR
24 ans – Acoz

Sélections: Pays-Bas 2012, Espagne 2014.


Tanguy Metayer

© DR
17 ans – Bassilly-Silly

Sélection: néophyte.


Christophe Monnier

© DR
36 ans – Kerksken

Sélections: Pays-Bas 2012, Espagne 2014.


Nicolas Nantel

© DR
27 ans – Kerksken

Sélection: Espagne 2014.


Sébastien Potiez

© DR
40 ans – Fayt

Sélections: France 2003, Italie 2004, Pays-Bas 2012, Espagne 2014.


Steve Soquette

© DR
21 ans – Mont-Gauthier

Sélection: néophyte.


Kevin Vandenabeele

© DR
23 ans – Thieulain

Sélection: néophyte.


DAMES

Catherine Fosseprez

© DR
39 ans - Bassilly-Silly

Sélection: Espagne 2014.


Océane Musch

© DR
19 ans - Bassilly-Silly

Sélection: Espagne 2014.


Leslies De Mil

© DR
25 ans - Ciney

Sélection: néophyte.


LES PROGRAMMES COMPLETS

Jeudi 17 septembre

Jeu international (match en six jeux)

Lieu? Stade Coubertin du Lycée Lurçat à Maubeuge

10h :

France – Pays-Bas

Espagne – Belgique

11h30:

France – Angleterre

Espagne – Pays-Bas

13h:

France – Espagne

Angleterre – Belgique

14h30:

France – Belgique

Pays-Bas – Angleterre

16h:

Angleterre – Espagne

Belgique – Pays-Bas


Vendredi 18 septembre

One Wall masculin (match en deux sets de 11 points gagnants, belle éventuelle en 7 points)

Lieu? Salle des sports Genaudet à Maubeuge


Groupe A

9h: Espagne – Pays-Bas

10h: Belgique – Pays-Bas

11h: Belgique – Espagne


Groupe B

9h: Italie – Angleterre

10h: France – Portugal

11h: Angleterre – Portugal

12h: France - Italie

13h: Portugal - Italie

13h: Angleterre - France


Demi-finales

14h: 1er groupe A – 2e groupe B

14h: 1er groupe B – 2e groupe A


Petite finale

15h30: perdant 1re demi-finale – perdant 2e demi-finale

16h30: vainqueur 1re demi-finale – vainqueur 2e demi-finale


One Wall féminin (match en deux sets de 11 points gagnants, belle éventuelle en 7 points)

Lieu?Salle des sports Pont Allant

Groupe A

9h: Belgique – Pays-Bas

10h: Espagne – Pays-Bas

11h: Belgique – Espagne


Groupe B

9h: Italie – Angleterre

10h: France – Italie

11h: France - Angleterre


Demi-finales

13h: 1er groupe A – 2e groupe B

13h: 1er groupe B – 2e groupe A


Salle de sport Notre Dame

Petite finale

15h30: perdant 1re demi-finale – perdant 2e demi-finale

16h30: vainqueur 1re demi-finale – vainqueur 2e demi-finale


Samedi 19 septembre

Llargues (match en 5 jeux, 1 point à 3 jeux gagnés)

Lieu? Ballodrome de Sous-le-Bois

9h: Angleterre - Espagne

10: Belgique - Pays-Bas

11: France - Angleterre

12: Angleterre - Belgique

13: France - Espagne

14h: Espagne - Pays-Bas

15h: France - Belgique

16h: Pays-Bas - Angleterre

17h: Pays-Bas - France

18h: Espagne - Belgique