L'athlète de 24 ans originaire de Roesel a prouvé qu'il avait la forme lors des championnats de Belgique le 27 juin à Bruxelles. Il a décroché le titre national individuel sur 400 mètres devant Sacoor et Dylan Bolée et, surtout, claqué en 45.34 son record personnel, un gain de 62/100e. Seul Jonathan Sacoor a couru plus vite en Belgique cette saison (45.17 à Tallinn le 10 juillet). "Je n'avais pas vraiment prévu mon chrono. En série, tout s'est bien passé et je visais donc un temps d'environ 45.70. Le fait que j'aie couru 45.34 est pour moi une récompense pour tout le travail effectué cet hiver après ma blessure", Doom faisant référence à la déchirure des ischio-jambiers dont il a souffert et qui lui a fait manquer les Relais mondiaux début mai à Chorzow en Pologne.

À Tokyo, Doom pourra participer à la fois au 4x400 m masculin et au relais mixte. "La composition de l'équipe n'est pas encore fixée, nous devons encore en discuter, mais je suppose que je pourrai courir", a déclaré Doom, qui a fait ses débuts avec les Tornados en mars lors des Championnats d'Europe en salle à Torun, en Pologne. L'équipe avait terminé 4e à 26/100e de la troisième marche du podium.

Son intégration dans l'équipe s'est faite en douceur. "Les Tornados sont bien sûr l'un des fleurons de l'athlétisme belge, avec Nafi Thiam. Mais avec mon chrono, j'ai prouvé que j'avais ma place dans l'équipe. Les autres le savent aussi et le respectent. Nous sommes une bonne équipe et nous sommes prêts à nous battre ici."

Contrairement aux Borlée et à Sacoor, Doom a peu d'arguments à faire valoir pour le 400 m individuel. "Les finales individuelles dans les grands championnats sont encore loin dans le futur, mais après les championnats du monde à Eugene (15-24 juillet) et les championnats d'Europe à Munich (6-11 juillet) l'année prochaine, je veux y être aussi en individuel. Je grimpe dans le classement (mondial), je suis 70e et j'ai le sixième meilleur temps en Europe. C'est une bonne chose dans la perspective des championnats d'Europe".

La plus grande marge de progression de Doom réside dans l'augmentation de son volume d'entraînement. Il vient de terminer ses études (éducation physique et de la santé) et peut désormais se consacrer pleinement à l'athlétisme. Il a obtenu un contrat avec la Défense nationale. "En tant qu'étudiant, on combine études et sport et à partir de maintenant, je peux me concentrer pleinement sur l'athlétisme. C'est une grande valeur ajoutée. L'athlétisme est ma passion et si vous pouvez en faire votre profession, alors il n'y a rien de plus beau."