Les Sud-Africains vont débuter leur tournoi olympique jeudi face au Japon, mais ils sont perturbés par les trois tests positifs au Covid-19 de deux joueurs et d'un analyste vidéo, à leur arrivée au village olympique.

A la suite de ces tests positifs, 21 membres de leur délégation ont été déclarés cas contacts lundi et confinés dans leur chambre, ce qui leur a fait rater deux séances d'entraînement.

Du coup, le sélectionneur David Notoane a peur que le manque de temps pour s'acclimater à la température et à l'humidité de Tokyo fasse courir un risque à ses joueurs quand ils arriveront sur la pelouse jeudi. Il n'a pas hésité à citer l'exemple d'Eriksen, victime d'un malaise cardiaque à l'Euro.

"Il faut juste espérer et prier pour qu'une telle chose n'arrive pas à des joueurs étant restés longtemps inactifs depuis notre arrivée ici", a dit David Notoane, qui craint que ses joueurs n'aient pas eu "assez de temps pour s'acclimater".

Les athlètes désignés comme cas contacts aux Jeux doivent suivre des procédures très strictes pour s'entraîner, en ayant utilisé des moyens de transport spécifiques.

Les Sud-Africains pourront jouer jeudi contre le Japon à condition d'avoir été testés négatifs six heures avant le coup d'envoi. Leur sélectionneur a précisé mardi qu'il avait bien 17 joueurs à sa disposition et a remercié les organisateurs de ne pas avoir annulé le match.

Le défenseur Tercious Malepe a ajouté qu'il n'était "pas facile de reprendre l'entraînement" après avoir raté deux séances mais que les "joueurs avaient bien réagi" à ce nouveau défi.

Cinq personnes ont déjà été testées positives dans le village olympique, où la crainte d'un cluster est toujours présente. Le dernier en date est l'entraîneur de l'équipe tchèque de beach volley, Simon Nausch, le lendemain du test positif de l'un de ses joueurs, Ondrej Perusic.