Forte de ses deux formidables médailles décrochées récemment en -55 kg, le bronze à l'Euro seniors le 4 avril et l’argent au Mondial juniors le 24 mai, Nina Sterckx a fortement grimpé au ranking olympique. La Flandrienne figure à la 22e place en -55 kg mais, surtout, à la 17e en -49 kg, la catégorie où elle s’est alignée jusqu'au début de l'année 2020 quand, plus forte musculairement, elle a décidé de monter.

De la 17e à la… 8e place, qualificative

Les résultats aidant, la prodige flandrienne de 18 ans s’est mise à rêver des Jeux Olympiques en… 2024, à Paris. Mais un incroyable concours de circonstances devrait lui permettre de réaliser son rêve dès cette année, à Tokyo ! La condition ? Revenir en -49 kg où, d’après les calculs de ses deux fidèles entraîneurs, Tom Goegebuer et Bieke Vandenabeele, Nina pourrait passer de la 17e à la… 8e place, qualificative pour les Jeux.

Mais comment ? Première règle entrant en ligne de compte, chaque nation ne peut aligner qu’une haltérophile par catégorie (quatre au total dans les dix catégories olympiques). Or, en -49 kg, deux Chinoises (2e et 5e) et deux Américaines (13e et 15e) ne peuvent s’aligner pour cette raison. 17 - 4 = 13.

La suite tient au mal qui gangrène l’haltérophilie depuis de (trop) nombreuses années, à savoir le dopage. La n°1 colombienne (9e) et la Brésilienne (16e) ont, toutes deux, été contrôlées positives et sont suspendues. Tout comme est suspendu, en général, le Vietnam. Donc sa représentante (14e). 13 - 3 = 10.

Forfait et accouchement !

Mais, pour passer de 10e à 8e, les circonstances sont plus incroyables encore. La Corée du Nord a renoncé aux Jeux de Tokyo, privant sa représentante (3e) de participation ! 10 - 1 =  9.

Enfin, la Roumaine (10e) a mis un terme à sa carrière pour accoucher ! 9 - 1 = 8.

Si la Corée du Nord revenait sur sa décision de forfait, reléguant Nina Sterckx au 9e rang, la Flandrienne bénéficierait alors de la place de quota réservée à l’Europe, aujourd’hui détenue par la Française, que Nina devance de… cinq points (2.786 pour 2.781) après sa performance à Tachkent !

Reste à la Fédération internationale à confirmer ce scénario, au Comité olympique et interfédéral belge à donner son feu vert et Nina Sterckx pourra assouvir son rêve olympique dès cet été, à Tokyo.