La dernière version du manuel ("playbook") pour les athlètes compte 70 pages, avec des bandes dessinées pour expliquer les règles qui, selon les organisateurs, garantiront la sécurité sanitaire des Jeux Olympiques (23 juillet-8 août).

Les responsables espèrent que ces restrictions renforceront la confiance du public japonais, sceptique, dans la possibilité d'organiser les Jeux, même si la pandémie n'est pas encore maîtrisée.

Les responsables olympiques et les organisateurs de Tokyo 2020 ont mis l'accent sur des sanctions prévues notamment pour les athlètes en cas de violation des règles, comme des avertissements, des amendes, voire "une inéligibilité ou une exclusion temporaire ou permanente des Jeux".

Ils n'ont pas précisé si les athlètes pouvaient être exclus de futurs Jeux Olympiques ainsi que de Tokyo. "Nous attendons de vous que vous respectiez les règles, mais si vous ne le faites pas, des sanctions pourraient vous être infligées", a déclaré Pierre Ducrey, directeur des opérations des Jeux au Comité international olympique (CIO).

À un peu plus de cinq semaines de l'ouverture des Jeux, Tokyo vit toujours sous le régime d'un état d'urgence sanitaire et aucune décision n'a encore été prise quant à l'autorisation de spectateurs locaux, après l'interdiction inédite des spectateurs venant de l'étranger annoncée officiellement le 20 mars.

Les organisateurs tentent de changer la donne, en insistant sur les mesures de sécurité qu'ils prennent et sur le fait que la majorité des athlètes et des personnes présentes dans le village olympique seront vaccinés et tenus à l'écart du public japonais.

Les organisateurs n'ont pas précisé quelles sanctions s'appliqueraient pour quelles violations, et ont également déclaré qu'ils ne pouvaient pas détailler le montant des amendes potentielles.

Une commission disciplinaire sera chargée d'évaluer les violations et les sanctions potentielles.