Les spectateurs étrangers seront dispensés de quarantaine et pourront également utiliser les transports publics, mais ils devront respecter des règles strictes allant du port de masque à l'interdiction de crier en passant par la conservation des talons de billets pour faciliter le traçage des contacts.

Une décision finale sur le nombre maximal de spectateurs dans les stades sera prise au printemps, ont répété les organisateurs en soulignant que pour les étrangers une bonne partie du système reposera sur le dépistage avant l'entrée au Japon.

Les athlètes seront testés à leur arrivée au Japon et ceux résidant au Village olympique devront se soumettre à des tests réguliers, avec un intervalle envisagé tous les 4 ou 5 jours (de 96 à 120 heures), précise le document remis à la presse.

Un centre de contrôle des infections sera mis en place pour traiter les cas positifs. Tous les athlètes devront signer un code de conduite les invitant à ne pas parler fort, à éviter les contacts physiques avec d'autres et à porter des masques quand ils ne s'entraînent pas ou ne sont pas en compétition.

Des sanctions éventuelles pour non respect des règles de santé pourront être établies en liaison avec le Comité international olympique (CIO). "Ce n'est pas une loi mais nous devons faire attention et demander aux gens de prendre des précautions", a déclaré le directeur général du comité d'organisation de Tokyo-2020, Toshiro Muto.

Les JO ont été repoussés d'un an, une décision sans précédent annoncée en mars alors que la pandémie se répandait à travers le monde.

Les Jeux Olympiques doivent maintenant se tenir du 23 juillet au 8 août et les Jeux Paralympiques du 24 août au 5 septembre.