Un premier manuel de 33 pages est destiné aux fédérations internationales et aux officiels techniques. Les autres guides destinés aux athlètes, aux représentants des médias et aux compagnies de diffusion seront publiés dans les jours qui viennent, a fait savoir le CIO.

"La série de Playbooks fournit un cadre de principes de base que chaque groupe de parties prenantes suivra avant de se rendre au Japon, à l'entrée sur le territoire japonais, pendant le séjour aux Jeux et à la sortie du territoire", a précisé le CIO, "pour garantir que tous les participants aux Jeux Olympiques et Paralympiques ainsi que les habitants de Tokyo et du Japon restent en parfaite sécurité et en bonne santé cet été".

Les Playbooks décrivent également le parcours type à suivre par chaque groupe de parties prenantes, à commencer par les mesures s'appliquant dès 14 jours avant l'arrivée au Japon, puis les tests à effectuer avant le départ et à l'arrivée dans le pays, et l'utilisation d'applications pour smartphones pour les rapports de santé et le traçage des contacts pendant la durée des Jeux. Des mesures seront par ailleurs mises en place pour identifier, isoler et traiter les éventuels cas positifs.

"Nous savons que ces Jeux Olympiques seront différents à bien des égards. Les circonstances et les contraintes imposées exigeront souplesse et compréhension de la part de tous les participants aux Jeux. À ce stade, ce sont les grandes lignes que nous communiquons. Tous les détails ne sont bien évidemment pas encore finalisés. Une mise à jour sera publiée au printemps, dont le contenu pourra évoluer à une date plus proche des Jeux", a précisé Christophe Dubi, directeur exécutif des Jeux Olympiques au CIO.

Les mesures de sécurité préconisées comprennent notamment des tests avant le départ et à l'arrivée au Japon, des restrictions pendant les 14 premiers jours au Japon, le téléchargement d'une application coronavirus au Japon, le port d'un masque à tout moment sauf en plein air et si on est à plus de deux mètres d'une autre personne, le minimum de contacts avec d'autres personnes et la non-utilisation des transports publics au profit des seuls transports de l'organisation des Jeux.