Même à 9400 kilomètres de distance, celle qui sépare la Belgique de Tokyo, les membres du Team Belgium déjà présents au Japon (soit 176 personnes dont 75 athlètes) ne sont pas restés insensibles devant les scènes dramatiques qui se sont produites en Belgique cette semaine suite aux inondations. La gravité de la situation n’a échappé à personne et lors du point presse organisé ce samedi, à l’Adastria Arena de Mito, la localité qui abrite le camp de base de nos athlètes, le chef de mission Olav Spahl s’est d’emblée exprimé sur le sujet.

"Nos pensées vont vers la Belgique et vers toutes les personnes qui ont été frappées par cette catastrophe naturelle. Cela nous touche très fort, tous les athlètes, tous les gens de l’encadrement et de l’organisation", a souligné le responsable du département du Haut Niveau au COIB. "Certains des problèmes et des défis que nous rencontrons ici paraissent bien insignifiants au regard de ces circonstances dramatiques. Avec nos prestations dans les jours à venir, nous voulons envoyer de la force et du courage à tous ces gens afin qu’ils puissent surmonter cette situation difficile."

Plusieurs membres du Team Belgium ont, du reste, été touchés par ces événements. Pierre Cornia, l’assistant-coach des Belgian Cats, indique aussi que sa maison, "au bord de l’eau à Esneux", a été "bien abîmée" lors de cette catastrophe sans trop s'étendre sur le sujet. "Il n’y a malheureusement rien à faire", soupire-t-il. "C’est sûr que nos pensées sont tournées vers la Belgique aussi mais, en même temps, nous avons des échéances importantes à préparer."

Un gros choc pour Julie Allemand

Pour la Liégeoise Julie Allemand, "ce n’est pas évident" non plus, nous explique la joueuse à la sortie de son entraînement. "Honnêtement, j’en souffre à distance. J’ai tous les jours des contacts avec ma famille, mes amis et heureusement tout le monde est sain et sauf. Maintenant j’ai des connaissances qui sont dans les difficultés aussi. Quand on voit les vidéos, on se dit : ‘mais c’est chez moi !’ On se demande vraiment comment il est possible que cela arrive, on a l’impression que c’est dans un autre monde. Malheureusement on ne peut rien faire à part encourager nos familles à garder un état d’esprit positif. La situation semble s’améliorer un peu mais c’est sûr que c’était un gros choc quand on a vu toutes ces images et ces photos."

© BELGA