Avec Jaouad Achab, Si Mohamed Ketbi et Raheleh Asemani, ils étaient trois en 2016, à Rio. Et, si Jaouad et Raheleh étaient rentrés déçus du Brésil après avoir terminé au pied du podium, le bilan sportif du taekwondo belge était plutôt positif. Quatre ans plus tard, il l’est moins puisque seul Jaouad est qualifié pour les Jeux de Tokyo, après s’être classé, fin 2019, dans le Top 5 mondial en -68 kg, une catégorie dont il est n°4.

Engagés au Tournoi de qualification olympique, à Sofia, dernière chance de décrocher son ticket pour Tokyo, Nicholas Corten, Raheleh Asemani et Indra Craen ont échoué en quarts de finale. Un verdict cruel, certes, mais pressenti après les remous ayant ébranlé la discipline ces derniers mois avec le transfert de Jaouad, son frère Badr, sa femme Indra et Raheleh du nord au sud suite à un désaccord à propos de l’encadrement sportif…

Engagé en -80 kg, Nicholas Corten, tête de série n°8 de la compétition, s’était débarrassé de l’Ukrainien Voronovskyi (n°11), sur le score de 16-10 pour avoir le droit de défier, en quart de finale, l’Italien Alessio (n°3). Le face-à-face fut très tactique, les deux combattants comptant leurs coups. Et ce fut le Belge qui prit l’avantage à 1-0, sur pénalité, puis 3-0, à la dernière seconde du premier round. Le deuxième se clôtura par 3-1.

Le début du troisième round fut à l’image des deux premiers, si ce n’est que l’Italien parvint à marquer, à 45 secondes de la fin, pour égaliser (3-3). Prolongation d’une minute et… golden score ! La tension était extrême, à peine perturbée par un appel à la vidéo du clan belge qui ne déboucha sur rien. Mais Alessio plaça un coup à la tête de notre compatriote ! 0-3. À 2’’88 du terme, le rêve olympique de Nicholas Corten s’était envolé !

Côté féminin, Raheleh Asemani se présentait avec le statut de tête de série n°2 en -57 kg et elle confirma en écartant la Monténégrine Mitrovic sur le score de 24-10. Opposée à la Finlandaise Mikkonen (n°7) en quart de finale, notre médaillée de bronze à l’Euro, déjà disputé dans la capitale bulgare, a disputé un combat acharné. Menée 3-4 à la fin du premier round, Raheleh boucla le deuxième à 7-7, mais finit par craquer 14-17…

En -67 kg, une catégorie où elle avait obtenu la priorité sur sa rivale Laura Roebben vu son meilleur ranking mondial (41e pour 61e), Indra Craen, tête de série n°9, a écarté la Suédoise Johansson (n°8) sur le score de 22-10. Opposée ensuite à la Française Wiet, n°1 de ce Tournoi de qualification olympique, Indra n’a jamais pu inquiéter son adversaire. Comme les coups, les points défilèrent en faveur de la Française : 0-8, 0-15 et 4-23…