Exiger des vaccins serait "aller trop loin", a jugé M. Bach, en visite à Tokyo pour tenter de convaincre la population japonaise et les sponsors des JO 2020 que l'événement pourrait se tenir en juillet avec des spectateurs, malgré la récente recrudescence des infections.

Il a répété l'engagement du CIO pour des Jeux sûrs lors d'une visite du Village olympique mardi, soulignant que le comité d'organisation prendrait "toutes les mesures de précaution nécessaires pour que les athlètes puissent se détendre et se sentir en sécurité".

Mais s'il a effectivement confirmé que le CIO encouragerait les athlètes à se faire vacciner avant de participer aux Jeux, il a souligné devant la presse qu'il n'y aurait "aucune obligation".

"Il y a trop de questions à prendre en compte. Il s'agit d'une question de santé privée. C'est aussi une question d'état de santé de chacun. C'est une question de disponibilité", a déclaré M. Bach.

Les responsables de l'organisation des JO affirment qu'ils prévoient une vaste panoplie de mesures contre le virus pour permettre aux Jeux d'avoir lieu même sans vaccin, mais Bach a déclaré lundi que le CIO chercherait à aider les athlètes à obtenir des vaccins s'ils sont disponibles et approuvés.

Le ministre australien de la Santé Greg Hunt a déclaré mardi avoir reçu l'assurance des dirigeants du CIO qu'ils avaient "pris des mesures pour sécuriser des vaccins pour tous les athlètes et les officiels qui viendront du monde entier".

"Nous nous attendons donc à ce qu'il y ait des vaccins pour les athlètes de toutes les nations et pour les officiels de toutes les nations, et qu'ils soient bel et bien prêts bien avant les Jeux Olympiques".

Les JO doivent se dérouler du 23 juillet au 8 août et les Jeux paralympiques du 24 août au 5 septembre.