Damiano Martinuzzi explique la contre-performance de Casse : "Matthias était malade !"

Battu à deux reprises, le champion du monde a connu une mauvaise journée à Antalya.

Damiano Martinuzzi explique la contre-performance de Casse : "Matthias était malade !"
©BELGA

Matthias Casse ne gardera pas un bon souvenir de ce Grand Chelem d’Antalya, où il a été battu en quarts de finale par le Brésilien Schimidt (futur médaillé d’or à… 21 ans !), puis en repêchages par l’Allemand Ressel. L’Anversois n’a donc pu s’offrir une quatrième médaille d’affilée, après celles en or à Abou Dhabi en 2021, à Almada et Tel Aviv en 2022.

Après s’être incliné face à Schimidt au terme d’un face-à-face titanesque de près de dix minutes (9’59), le champion du monde a été littéralement balancé par Ressel après seulement 50 secondes !

"Matthias était malade ! explique Damiano Martinuzzi. Il a vomi quelques instants avant d’affronter Ressel. Mais, depuis le début de la journée, il ne se sentait pas bien. Après chaque combat, ses pulsations ne redescendaient pas comme d’habitude. Il s’était déjà mal ressenti le week-end dernier, avait d’ailleurs passé l’entraînement de lundi. Mais, mardi et mercredi, tout semblait être rentré dans l’ordre. Peut-être la perte de poids a-t-elle mis son corps dans le rouge car, ce samedi, il était vraiment mal."

Bousculé dès le début

De fait, dès le début de sa journée, Matthias est apparu emprunté avec un deuxième tour face au modeste Kazakh Zhubanazar qui le bouscula, le renversa, heureusement sur le ventre, avant qu’il n’impose sa technique au sol, enfermant la tête de son rival avec les deux jambes et le gardant immobilisé vingt secondes pour marquer ippon.

Opposé ensuite au Français Chilard, Matthias Casse fut mené suite à un surprenant mouvement de son adversaire. Alors qu’il n’était vraiment pas à l’aise, Matthias prit quand même son rival par la taille pour le plaquer sur le tatami. Ippon ! En route pour les quarts de finale face au Brésilien Schimidt, récemment cinquième à Almada et septième à Paris.

Mais la machine s’enraya, même si l’Anversois crut tenir la victoire en marquant waza-ari à une vingtaine de secondes de la fin du temps réglementaire. Hélas, il se laissa surprendre alors que le marquoir indiquait… 0:03 !

La prolongation fut rocambolesque, les deux judokas pensant, tour à tour, l’avoir emporté, ce que la vidéo contredit. Jusqu’à ce que l’arbitre ne décide de l’issue de ce combat et renvoie Matthias en repêchages, où il s’inclina. Mauvaise journée…

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be