Judo En -81 kg, Matthias ne s’est incliné que face aux champions d’Europe et du monde.

Matthias Casse est sorti avec un goût de trop peu de l’arène parisienne, finalement battu en repêchages des -81 kg par l’Iranien Mollaei, champion du monde en titre. Mais l’Anversois n’a pas à rougir de sa prestation, lui qui, l’an dernier, avait quitté Bercy dès le deuxième tour.

Ce dimanche, Matthias a livré de superbes combats, tactiques, acharnés et indécis, face aux meilleurs d’une catégorie qui a battu le record du monde de participation avec 63 judokas ! Autant dire que l’Anversois a dû se lever tôt, tout comme Sami Chouchi, éliminé par le Russe Khalmurzaev, champion olympique, sur une pénalité en prolongation. "Nous venons ici, à Paris, pour disputer ce genre de combats, face aux meilleurs judokas mondiaux, et il faut, dès lors, accepter de perdre parce que c’est la loi du sport, du judo !", lançait Matthias après avoir récupéré, à sa sortie du tatami.

Accompagné par son coach néerlandais, Mark Van der Ham, notre compatriote était déjà en train de débriefer cette action où il s’est laissé surprendre par le rusé Iranien. "Je l’ai agrippé, j’ai tenté mon mouvement, mais son bras s’est dérobé et je me suis retrouvé littéralement dans le vide. Je ne savais plus où il était ! Il en a alors profité pour me sauter dessus et me mettre à terre…"

La fin brutale d’une longue journée où l’Anversois de 21 ans n’a pas été épargné par le tirage au sort pour sa deuxième participation parisienne puisqu’il fut, d’emblée, opposé au Sud-Coréen Lee, ni plus ni moins finaliste l’an dernier ! "Je m’en suis bien sorti ! En fait, je ne me suis jamais vraiment senti en danger, ce qui m’a rassuré sur mon état de forme, même si je ne suis pas encore à 100 %. Je sors, en effet, d’une longue préparation, ma dernière compétition datant de mi-décembre, en Chine. Après le Sud-Coréen, j’ai enchaîné avec une autre victoire sur pénalités contre l’Américain Wright. Puis, je me suis frotté à l’Italien Marconcini, un gars très expérimenté. Et je suis passé !"

La suite fut moins heureuse pour Matthias, balancé par l’Israélien Muki, champion d’Europe, en quarts. "Tant l’Israélien que l’Iranien, je les ai déjà battus. Et je sais que ça se joue à rien. Il faut croire que ce n’était pas mon jour puisque je dois me contenter d’une septième place. Mais, croyez-moi, j’en veux plus ! Je vais analyser ces combats, repérer les éventuelles erreurs que j’ai commises et, bien sûr, les corriger. Rendez-vous dans deux semaines, à Düsseldorf, où je veux vraiment monter sur le podium."

Et il en est capable !


"Il a deux bras et deux jambes"

Sami Chouchi s’est incliné au deuxième tour face au champion olympique des -81 kg.

La journée de Sami Chouchi a tourné court, ce dimanche, à Paris ! Le Bruxellois est, en effet, tombé au deuxième tour des -81 kg, face au Russe Khalmurzaev, vainqueur d’un combat titanesque, lequel s’est achevé sur une pénalité en prolongation.

Après avoir écarté le jeune Géorgien Mchedlishvili, trouvant l’ouverture à une trentaine de secondes de la fin sur son mouvement favori, Sami avait le redoutable privilège de défier le champion olympique en titre. "Eh, champion olympique ou pas, je m’en fous ! Il a deux bras et deux jambes comme moi et j’étais persuadé de pouvoir le battre."

De fait, le face-à-face entre le Belge et le Russe fut acharné. À tout moment au cours des six minutes et vingt secondes où ils se sont affrontés, la victoire aurait pu basculer dans un camp comme dans l’autre…

Et Sami pensa la tenir, cette victoire de prestige, en début de prolongation quand il renversa son adversaire, mais l’arbitrage vidéo ne lui accorda pas d’avantage ! "J’y ai cru ! Mais il faut croire que les arbitres ne l’ont pas vu ainsi… Ce mouvement que je pensais gagnant m’a peut-être un peu déconcentré et le Russe est revenu dans le coup."

Plus la prolongation avançait, plus le Russe s’acharnait à la garde, tentant de déstabiliser notre compatriote qui encaissa deux pénalités. Sévère et décevant… "Il est regrettable d’être sorti si tôt après un combat comme celui-là. Je vais analyser tout ça à tête reposée et retenir le positif. Même battu au deuxième tour, je suis plus régulier dans mes combats. Je ne passe plus au travers… Il faut réaliser que ce rendez-vous a tout d’un Mondial et, en -81 kg, il y a une vingtaine de gars qui se tiennent de près."

Sami n’est pas du genre à lâcher me morceau !