Judo

À 18 ans, la belle Ukrainienne a reconduit son titre mondial en -48 kg lors d’une finale l’opposant, de nouveau, à la petite Japonaise Tonaki.

Imbattable ! Ou presque… Après être devenue, l’an dernier, à Bakou, la plus jeune championne du monde de l’histoire du judo, Daria Bilodid a reconduit son titre en -48 kg, ce lundi, à Tokyo, où la belle Ukrainienne a, de nouveau, dominé en finale la petite Japonaise Tonaki, pourtant chez elle. Double championne d’Europe (2017 et 2019), Bilodid l’est désormais sur le plan planétaire (2018 et 2019), après avoir écrasé de son incroyable talent toutes ses adversaires dans les catégories cadets et juniors, où elle a littéralement trusté les titres nationaux, européens et mondiaux.

Au baromètre de la popularité, dans le monde du judo et… ailleurs, Daria Bilodid est en passe de détrôner Teddy Riner, en personne. Car, côté charme, la jeune femme ne manque vraiment pas non plus d’atouts.

Née le 10 octobre 2000, à Kiev, Daria est la fille de Gennady Bilodid, ancien champion d’Europe et médaillé mondial en -73 kg, et de Svetlana Kuznetsova (rien à voir avec la joueuse de tennis !), également judoka et désormais coach de l’équipe féminine cadets ukrainienne en même temps que de sa progéniture.

Venue au judo dès l’âge de six ans, Daria Bilodid a pratiqué la gymnastique rythmique. Mais c’est sur les tatamis, aux quatre coins du monde, qu’elle connaît ses plus beaux succès avec, à 18 ans, un palmarès d’ores et déjà très enviable avec, outre ses titres mondiaux et européens seniors, des victoires de prestige à Tunis, Paris, Düsseldorf et Zagreb, rien que l’année dernière !

Sur le plan sentimental, Daria est également assez précoce puisqu’elle est déjà fiancée à Fabio Basile, judoka italien, champion olympique en -66 kg à Rio… Actuellement n°24 mondial en -73 kg, Basile combattra ce mardi, à Tokyo, et pourrait se retrouver, au troisième tour, face à un certain Dirk Van Tichelt.