Matthias Casse en finale pour l’or ! Engagé ce samedi, à Abou Dhabi, dernier rendez-vous d’une saison particulièrement intense, l’Anversois s’est qualifié pour la finale des -81 kg en battant le Russe Lappinagov (28 ans/n°18). Une première pour Matthias qui avait déjà rencontré l’actuel n°2 russe à deux reprises par le passé, avec… deux défaites à la clé. La première en 2019, à Düsseldorf, la deuxième en 2021, à Tel Aviv, où Lappinagov avait décroché le bronze, Casse devant se contenter d’une cinquième place. Mais, depuis lors, Matthias s’est offert l’argent européen, l’or mondial et le bronze olympique.

Cette demi-finale fut à sens unique, Matthias Casse harcelant son adversaire, pénalisé à deux reprises pour non-combativité avant de placer sa première attaque à une trentaine de secondes de la fin. Pas de quoi déstabiliser notre compatriote qui poursuivit son travail de sape jusqu’en prolongation où, après 46 secondes, l’arbitre sanctionna une troisième fois le Russe.

Auparavant, Matthias Casse, exempté du premier tour vu son statut de n°2 mondial, s’était débarrassé du Canadien Gabun en le poussant sur le dos et en l’immobilisant après un peu plus de trois minutes. Opposé ensuite à l’Ukrainien Krivchach, une vieille connaissance puisque celui-ci avait battu Matthias en… 2014 lors de l’Euro -18 ans, à Athènes, l’Anversois a mené tout le combat, s’imposant (déjà) sur trois pénalités logiques, après avoir quand même cru marquer sur un mouvement finalement non-récompensé par la vidéo.

En finale, Matthias retrouvera le n°1 russe, Alan Khubetsov (28 ans/n°12), champion d’Europe en 2017, à Varsovie, année où il avait également décroché le bronze à… Abou Dhabi. Méfiance donc !

En -73 kg, Jeroen Casse a franchi le cap du premier tour en écartant l’Australien King (25 ans/n.c.) au terme d’un combat particulièrement disputé. À égalité avec deux pénalités chacun, les deux judokas s’orientaient vers la prolongation quand l’arbitre sanctionna une troisième fois King, pour non-combativité, à… trois secondes de la fin ! Cet écueil passé, le frère cadet (23 ans) de Matthias était opposé au Mongol Tsend-Ochir (25 ans/n°2). Un gros morceau ! Médaillé d’or à Tachkent et à Tbilissi en début d’année, le Mongol a décroché le bronze aux Jeux de Tokyo et encore récemment à Bakou. N’ayant rien à perdre face à ce monstre, Jeroen a bien résisté pendant trois minutes et demi, jusqu’à ce que Tsend-Ochir trouve l’ouverture sur un mouvement implacable. Rien à redire, mais rien à regretter non plus pour notre compatriote.