Après avoir consulté un spécialiste de la colonne vertébrale, lundi, afin de connaître la raison exacte de ses douleurs à la nuque, Dirk Van Tichelt s'est vu confirmer qu'il souffrait bien d'une (nouvelle) hernie. En accord avec le médecin, l'Anversois de 36 ans, médaillé de bronze olympique en 2016, à Rio, a subi, mardi, une infiltration. Et, alors qu'il se posait d'évidentes questions sur son avenir sportif, Dirk espère reprendre l'entraînement, samedi, n'abandonnant donc pas l'espoir de se qualifier pour les Jeux de Tokyo, en 2021.

D'un naturel optimiste, Van Tichelt devra, néanmoins, composer avec son corps, déjà meurtri par vingt années au plus haut niveau, au cours desquelles il n'a pourtant été opéré qu'à une reprise, en 2019, suite à une déchirure des ligaments du genou. S'il est capable de s'entraîner régulièrement, notre meilleur représentant en -73 kg pourrait s'aligner en compétition. Malgré la crise sanitaire, les premières échéances approchent...

La Fédération internationale insiste, en effet, pour organiser le Grand Chelem de Budapest, du 23 au 25 octobre, et le Grand Prix de Zagreb, la semaine suivante, avant les Championnats continentaux, dont l'Europe, du 19 au 21 novembre, à Prague. Le Grand Chelem de Tokyo, prévu du 11 au 13 décembre, a, quant à lui, été annulé. Actuellement 54e au ranking olympique des -73 kg, Dirk Van Tichelt n'aura pas la tâche facile, que ce soit physiquement ou sportivement... Mais il veut y croire ! L'Ours de Brecht n'est donc pas encore mort...