Comme tout le monde, Cédric Taymans a pris connaissance ce mardi, en début de soirée, du diagnostic médical à propos de la cheville droite, blessée jeudi dernier, à Tel Aviv, de Charline Van Snick. Et comme tout le monde, le DT francophone a froncé les sourcils à l’énoncé de celui-ci : rupture du ligament péronéo-tibial et élongation du muscle soléaire. Mais il a d'emblée tenu à ne pas tomber dans le catastrophisme.

"Charline se relèvera de cette blessure ! Je la connais : elle a un mental d’acier. Et puis, j’ai confiance en elle. Je sais qu’elle passera tous les examens possibles pour trouver la meilleure solution à sa guérison. Moi, je ne suis pas médecin. En outre, je n’ai pas tous les éléments pour juger de la situation de sa cheville. Mais je suis optimiste de nature et je suis tout à fait persuadé qu’elle reviendra."

Cédric Taymans accompagnait Charline au Grand Chelem de Tel Aviv lors de ce fameux combat de repêchages contre la Française Gneto, qu’elle n’avait jamais battue lors de leurs deux rencontres jusque-là.

"Sur l’un de ses mouvements, sa cheville s’est dérobée. Mais, avec l’adrénaline, elle a continué le combat et l’a gagné ! Charline est une guerrière sur un tatami. Et une professionnelle dans son sport. Elle mettra tout en œuvre pour revenir au plus vite. Pour ce qui est des Jeux, avec sa sixième place au ranking olympique, on peut considérer qu’elle est virtuellement qualifiée. Donc, pas de panique. Sur le plan du physique, je ne doute absolument des qualités de son entourage médical. Quant à sa préparation, elle sait comment s’y prendre. Il ne lui faut pas trente-six combats avant une échéance. Voyez en fin d’année dernière : elle est réapparue à l’Euro, à Prague, après des mois sans compétition, et elle y a décroché la médaille de bronze."

Un podium suivi de deux cinquièmes places, à Doha et à Tel Aviv. Plus généralement, le DT francophone a remarqué que beaucoup de judokas se blessaient (gravement) ces dernières semaines…

"Je ne sais pas si c’est la fatigue des entraînements ou le manque de rythme. Mais oui, je vois plus de blessés. Et graves… Ainsi, l’Irlandais Fletcher, en -100 kg, s’est fracturé le tibia et peut dire adieu aux Jeux. Je croise les doigts pour que ça n’arrive pas aux nôtres qui doivent participer à toutes les compétitions pour se qualifier. Sauf Matthias Casse (n°1) et, dans une moindre mesure, Jorre Verstraeten qui est quand même bien classé (18e)."