Crise sanitaire oblige, toutes les délégations ayant participé à ce premier Grand Chelem de la saison devaient quitter Tel Aviv ce dimanche et regagner leurs pénates via Paris ou Istanbul. À l’heure du bilan, les judokas belges rentrent sans médaille.

Il est vrai qu’ils ont soufflé le chaud et le froid sur les tatamis israéliens, à l’image de Sami Chouchi, auteur d’un coup d’éclat en battant Sagi Muki avant de s’incliner face au modeste McWatt. Parmi les points positifs, on retient les prestations de Matthias Casse et de Gabriella Willems, tous deux de retour à un meilleur niveau qu’au Masters, où ils s’étaient inclinés d’emblée. Certes, l’Anversois aurait aimé monter sur le podium le jour de ses 24 ans, mais il est sur la bonne voie en vue des Jeux de Tokyo.

Quant à la Liégeoise, elle s’est vraiment rassurée sur le fait qu’elle pouvait encore gagner des combats après ses trois récents revers.

Pour ce qui est du négatif, on regrette le forfait, sur blessure, de Charline Van Snick. Victime d’une entorse de la cheville droite, la Liégeoise a consulté un médecin israélien, un kiné portugais et encore le médecin de la Fédération internationale. Tous l’ont plus ou moins rassurée.

Il n’empêche, Charline a rendez-vous ce lundi, à la première heure, avec le Docteur Kaux, à Liège, pour un diagnostic précis de cette cheville sur laquelle elle ne peut toujours pas prendre appui. D’où les démarches pour un retour confortable…