Judo

La Liégeoise s'est imposée à la Portugaise Ramos (37 ans !) pour monter sur la troisième marche du podium en Russie après avoir perdu sa demi-finale face à l'Israélienne Cohen sur une décision arbitrale litigieuse...

On a retrouvé la Charline Van Snick de la saison 2018 ! Pas celle de février, à Paris, où la Liégeoise n'était que l'ombre de la judoka qui, l'an dernier, est montée à cinq reprises sur un podium international en -52 kg. Mais, plutôt que de combattre pour la médaille de bronze, Charline aurait sans doute dû pouvoir disputer l'or à l'Espagnole Perez, finalement battue par l'Israélienne Cohen, victorieuse de la demi-finale face à notre compatriote sur une décision arbitrale pour le moins litigieuse !

Qu'à cela ne tienne, cette nouvelle médaille, de bronze, a mis du baume au coeur de Charline qui a dominé la Portugaise Ramos (37 ans !) en la forçant à abandonner après seulement 1'29 d'un combat à sens unique.

Auparavant, donc, Charline s'était inclinée face à l'Israélienne Cohen alors que le bilan de leurs rencontres précédentes penchait en sa faveur avec trois victoires pour une défaite. Le combat entre les deux judokas dont le dernier face-à-face datait d'août 2018, à Budapest, fut indécis et acharné. Et aucune d'elles ne parvint à marquer lors des quatre minutes réglementaires. Mais, à la prolongation, c'est l'Israélienne qui trouva l'ouverture, après 28 secondes, retournant Charline sur elle-même. Waza-ari ! Un avantage confirmé par l'assistance vidéo, au grand dam de notre compatriote...

Exemptée du premier tour vu son statut de n°6 mondial et tête de série n°2, Charline avait éliminé, non sans mal, l'Espagnole Perez. Marquant d'emblée, la Liégeoise s'était, ensuite, laissée surprendre et le face-à-face devint très équilibré. Poussée à la prolongation, Charline parvint à immobiliser Perez et à franchir le tour après 6'46.

En quarts de finale, notre compatriote retrouvait la Russe Bobrikova, quatrième dans la hiérarchie du pays de Vladimir Poutine. Et elle lui sauta directement dessus pour l'étrangler après seulement... 37 secondes. Du grand art ! Et, surtout, une victoire rapide après la débauche d'efforts consentie face à l'Espagnole.


En -60 kg, Jorre Verstraeten a été beaucoup moins heureux que Charline Van Snick puisque le Louvaniste s'est incliné d'emblée face au Taïwanais Yang, n°29 mondial...