Plus de 70 nations, près de 500 judokas : le Mondial juniors a attiré beaucoup de monde, dont sept Belges. Parmi eux, Alessia Corrao (-63 kg) et Yves Ndao (+100 kg), deux de nos meilleurs atouts, ont dû se contenter d’une septième place, mais ils n’ont vraiment pas démérité, ne s’inclinant qu’en quarts de finale, puis en repêchages, face aux meilleurs judokas de leur catégorie.

En -63 kg, Alessia Corrao (19 ans/n°34) était exemptée du premier tour avant d’affronter l’Équatorienne Ortiz (n°13), double médaillée de bronze aux Championnats panaméricains. Et ce combat a failli virer au drame pour la Liégeoise qui, courageusement, a résisté à une clé de bras de son adversaire. Mais Alessia s’en est sortie ! Non sans mal car elle mit un long moment avant de pouvoir poursuivre en raison d’une vive douleur au coude gauche. Mais il en faut plus pour l’empêcher de combattre ! D’autant que, dans la foulée, Alessia balança sa rivale à deux reprises pour s’offrir la victoire.

Opposée à la Néerlandaise Nalbat (n°9), Alessia Corrao enchaîna avec une autre victoire convaincante, renversant, puis immobilisant son adversaire pour atteindre les quarts de finale, contre la Croate Kristo (n°1 !). Et le face-à-face fut d’une folle intensité. La Liégeoise marqua la première, puis tenta de conserver cet avantage, mais la Croate revint sans cesse à la charge jusqu’à ce que la jeune Belge craque. Plaquée au sol, Alessia fut à son tour immobilisée et renvoyée en repêchages contre la Hongroise Varga (n°6). Et le combat fut (encore) équilibré jusqu’à la… dernière seconde, quand Varga finit par s’imposer.

En +100 kg, Yves Ndao (20 ans/n°11), septième (déjà…) à l’Euro mi-septembre, à Luxembourg, était opposé à l’Américain Williams (n.c.) au premier tour. Et le Bruxellois n’a pas manqué son entrée en matière, balançant à deux reprises son opposant pour s’offrir un face-à-face avec le Serbe Vracar (n°7). En confiance, Yves plaça un superbe mouvement pour plaquer son adversaire au sol après… 25 secondes à peine ! Médaillé de bronze en juillet, à Coimbra et en août, à Udine, le colosse de La Chenaie (où il côtoie Sami Chouchi…), se retrouva alors en quarts de finale.

Opposé au Géorgien Inaneishvili (n°2 !), futur finaliste face au Hongrois Sipocz (n°1), Yves Ndao est simplement tombé sur plus fort que lui, son rival le retournant littéralement au sol avant de l’immobiliser après un peu plus d’une minute. Renvoyé lui aussi en repêchages, notre compatriote était alors opposé à l’Allemand Witassek (n°25). Et, là, ce fut peut-être sa moins bonne prestation. Après avoir encaissé un waza-ari, Yves se laissa encore surprendre après 2’32. Dommage… Mais les hauts et les bas sont sans doute inhérents à l’apprentissage d’un judoka dont tout le monde connaît les qualités.