Engagée ce jeudi, à Tel Aviv, Charline Van Snick est sortie du tatami en boitant, mais victorieuse de son combat de repêchages, en -52 kg, face à la Française Gneto (24 ans/n°8). La Liégeoise a ainsi conquis de haute lutte sa place en finale pour la médaille de bronze, où elle retrouvera la Kosovare Kelmendi, championne olympique en titre. Une adversaire qui l’a justement privée de podium, mi-janvier, à Doha, lors du Masters.

Il y a de la revanche dans l’air sur les tatamis israéliens…

Dernière Belge en lice après les éliminations précoces de Jorre Verstraeten, Kenneth Van Gansbeke, Anne-Sophie Jura, Elle Salens et Amber Ryheul, Charline a vu son parcours israélien stoppé en quarts de finale par l’Espagnole Lopez Sheriff (28 ans/n°29), qu’elle avait rencontrée à quatre reprises jusqu’ici pour un bilan de deux victoires et deux défaites. La dernière datait de fin novembre, à Prague, dans le cadre de l’Euro, où les deux judokas terminèrent pourtant… côte-à-côte sur la troisième marche du podium ! Après avoir marqué un waza-ari très rapidement, Charline s’est laissée surprendre par un mouvement de l’Espagnole qui l’a retournée sur elle-même de la main gauche. Waza-ari, selon l’arbitre ! Ippon, suivant la vidéo.

Charline avait commencé sa journée par deux victoires très convaincantes, d’abord face à la Turque Korkmaz, ensuite contre la Russe Polikarpova. Pour son entrée en lice, la Liégeoise défiait une judoka qu’elle n’avait pas encore rencontrée jusqu’ici, Korkmaz (22 ans/n°37), à qui elle a placé son mouvement favori, récompensé d’un waza-ari par l’arbitre, mais annulé par la vidéo ! Qu’à cela ne tienne, Charline enchaînait, un peu plus tard, avec une immobilisation. Vraiment imparable !

Opposée, alors, à la Russe Polikarpova (28 ans/n°50), dont elle ne gardait pas un bon souvenir puisque celle-ci l’avait battue en 2019, à Abou Dhabi, Charline s’est encore montrée expéditive. Sanctionnée de deux pénalités, la Russe se montrait très agressive, mais elle ne résista pas à la Liégeoise qui l’emmena au sol pour une immobilisation, dont Polikarpova se sortit ! Mais la Belge se saisissait de son bras pour lui mettre une clé. Ippon !