Présenté comme le successeur belge de… Dirk Van Tichelt en -73 kg, Malik Umayev joue de malchance en cette fin de saison ! Après avoir renoncé à Budapest, où il aurait dû participer au premier Grand Chelem de sa jeune carrière, le Visétois a déclaré forfait pour l’Euro -20 ans qui a lieu cette semaine à Porec, en Croatie.

"J’ai d’abord été testé positif au Covid-19 et mis en quarantaine la semaine précédant Budapest et voilà maintenant que je me blesse au genou avant cet Euro -20 ans ! Je quitterai donc la catégorie juniors sans être monté sur un podium continental puisque j’avais terminé septième en 2018 et que je souffrais de l’épaule en 2019. Tout s’enchaîne donc vraiment mal pour moi...", regrette-t-il.

La dernière compétition de Malik date du 29 février, jour où il a décroché l’or à Varsovie. Un résultat très prometteur avant que son ascension dans la catégorie ne soit stoppée par la crise sanitaire. Après huit mois à s’entraîner sans objectif, le Visétois espérait encore frapper un grand coup en Croatie.

"Je traverse une mauvaise période puisque j’ai été malade. J’ai souffert de tous les symptômes, fréquemment décrits par les médecins, de ce fichu virus : forte fièvre, toux, perte de goût et d’odorat. La fièvre a rapidement disparu, au bout de deux ou trois jours. Mais j’avais également une angine, ce qui était embêtant. J’ai, bien sûr, été mis en quarantaine dans mon appartement, à Louvain-la-Neuve, pour ne pas contaminer ma famille, à Liège, mais aussi les autres judokas. Puis, tout est rentré dans l’ordre et j’ai pu reprendre l’entraînement."

Jusque lundi dernier, quand en voulant contrer un mouvement de son partenaire lors d'un randori (simulation de combat), Malik a été victime d’un contact sur le genou…

"Sur le moment, j’ai ressenti une douleur, mais elle est passée. J’ai quand même arrêté les combats. Mais, le lendemain matin, je me suis rendu compte que mon genou avait fortement gonflé et que j’avais du mal à marcher. J’ai consulté le médecin qui m’a dit que ce n’était sans doute pas grave, mais qui m’a prescrit une IRM, dont le verdict fut une petite déchirure du ligament latéral externe. Et je me retrouve avec une attelle jusque vendredi prochain, quand je passerai une échographie pour voir l’évolution de la lésion."

Du coup, voilà notre étudiant en Marketing à la Haute École (à Louvain-la-Neuve), dont tous les cours ont lieu à distance, privé de ce fameux Euro -20 ans, le dernier pour lui.

"C’est dur moralement, mais je n’y peux rien. Je vais adapter mes entraînements en travaillant le haut du corps. Les entraîneurs m’ont déjà concocté un programme. Tant mieux parce que je n’ai pas de temps à perdre !"