Malik Umayev joue décidément de malchance ! Alors qu’il avait repris l’entraînement, participant même au stage fin décembre, au Portugal, après sa déchirure d’un ligament du genou droit, le Visétois s’est (à nouveau) gravement blessé lors d’un randori, à Louvain-la-Neuve. Cette fois, au genou gauche ! Victime d’une déchirure des ligaments croisés, il craint une opération et une longue revalidation…

"Je n’ai pas vu le mouvement sur lequel Malik s’est blessé, mais je l’ai entendu crier !", explique Frédéric Georgery, le DT francophone adjoint. "C’était sur une attaque mais, semble-t-il, sans impact particulier. Malik lui-même avait du mal à expliquer comment ça s’était produit. Toujours est-il que le diagnostic est sans appel. Moralement, c’est dur pour lui qui revenait à peine d’une autre blessure pour laquelle nous avions été très prudent au niveau de sa revalidation puisqu’il n’y avait plus de compétition à son programme."

Fin octobre, Malik Umayev avait dû renoncer à Budapest, où il aurait dû participer au premier Grand Chelem de sa jeune carrière, puis à l’Euro juniors, à Porec, et seniors, à Prague. Ce qui l’avait fortement contrarié.

"J’ai d’abord été testé positif au Covid-19 et mis en quarantaine la semaine précédant Budapest et voilà que je me blesse au genou avant cet Euro -20 ans ! Je quitterai donc la catégorie juniors sans être monté sur un podium continental puisque j’avais terminé septième en 2018 et que je souffrais de l’épaule en 2019. Tout s’enchaîne donc mal pour moi...", regrettait-il alors.

Judoka longiligne, ne s’épargnant pas sur un tatami, Malik se retrouve donc confronté à une blessure encore plus grave qui pourrait le tenir écarter de son sport pendant de longs mois. La décision de l’opérer ou non sera prise, ce mardi, par le réputé docteur Declercq, qu’il a consulté à Anvers.

La dernière compétition de Malik Umayev date du 29 février 2020, jour où il a décroché la médaille d’or à Varsovie. Un résultat très prometteur avant que son ascension dans la catégorie ne soit stoppée par la crise sanitaire. Et maintenant par ses deux blessures, coup sur coup.