Judo

L'Anversois a battu le Russe Khubetsov, champion d'Europe 2017, pour s'offrir son deuxième podium international de la saison, après Düsseldorf...

Effacées, les déceptions d'Ekaterinbourg, mi-mars, quand il avait été battu pour le bronze par le Canadien Briand, et surtout d'Antalya, où il avait été éliminé d'emblée par le Géorgien Maisuradze ! Matthias Casse s'est offert une superbe médaille de bronze, ce samedi, à Bakou, la deuxième de sa saison après celle décrochée à Düsseldorf !

Dans le combat pour l'une des deux troisièmes marches du podium, l'Anversois a battu le Russe Khubetsov, n°11 mondial et champion d'Europe 2017. Et, une fois de plus, Matthias a émergé lors de la prolongation, quand l'arbitre infligea une troisième pénalité, pour « passivité », à son adversaire au terme d'un face-à-face tactique.

Auparavant, Casse s'était incliné en demi, face à l'Israélien Muki, champion d'Europe 2018. Une finale avant la lettre ! Voilà comment on pouvait résumer le combat, en demi, opposant Matthias Casse à l'Israélien Muki. Un face-à-face que le champion d'Europe en titre abordait avec un avantage psychologique puisque le bilan entre les deux judokas penchait en sa faveur avec quatre victoires pour une défaite. Mais ce revers, l'Israélien l'avait concédé lors du Masters 2018 à l'Anversois, tout juste rentré d'un stage de deux semaines au Japon avec son entraîneur personnel.

Et l'affrontement répondit à l'attente à tous les niveaux : tactique, technique et physique. Casse prit l'initiative pendant tout le combat, mais devait se méfier des réactions de son adversaire. Après avoir été, l'un et l'autre, pénalisés à deux reprises, les « frères ennemis » se retrouvèrent à la prolongation. Aucun doute : la victoire devait se jouer sur un coup de dé et celui-ci roula pour Muki, emportant Casse au sol sur le dos. Cet avantage accordé à l'Israélien, le Belge le contesta, mais la vidéo confirma cette victoire. Dommage... Exempté du premier tour, Matthias Casse avait, jusque-là, découvert d'autres horizons, d'autres adversaires, qu'il n'avait jamais rencontrés. Il écarta ainsi l'Ukrainien Zusko, l'Azéri Aghaei et le... Libanais Elias, surprenant tombeur du Canadien Briand ! Sans s'émouvoir tant notre compatriote domina son sujet face à ces adversaires mal-classés au ranking mondial en quête de révélation.

Toujours en -81 kg, Sami Chouchi a été moins heureux lors de ce rendez-vous azéri. Le Bruxellois s'est, en effet, incliné d'emblée face à l'Autrichien (d'origine géorgienne vu son nom !) Borchashvili. Et pourtant, Sami mena ce combat de main de maître, mais sans réussir à marquer... Pénalisé à deux reprises pour « fausse attaque », son adversaire n'en menait pas large et on s'orientait vers la prolongation quand celui-ci enroula Chouchi sur lui-même. « Waza-ari ! » jugea l'arbitre. Décision malheureusement confirmée par la vidéo, au grand dam du clan belge.

En -70 kg, Gabriella Willems a dominé l'Israélienne Mayersohn, s'imposant sur une clé de bras, avant de s'incliner logiquement face à la Japonaise Arai, n°2 mondial. Mais, de ce face-à-face, on ne retiendra rien ou presque, Gabriella encaissant trois pénalités pour « garde illicite » (deux fois...) et « passivité » en même tant que son adversaire.