Judo

Classée septième, la Hennuyère (27 ans/-48 kg) n’a pas obtenu le résultat que son attitude sur le tatami lui permettait d’espérer.

Insuffisant, mais encourageant ! Tel est le bilan de la journée d’Anne-Sophie Jura, engagée en -48 kg, ce vendredi, à Tachkent. Pour son retour au plus haut niveau après six mois à soigner une hernie discale, la Hennuyère s’est classée septième lors de ce rendez-vous ouzbek, labellisé Grand Prix. Une place honorifique et… 182 points dans la course à la qualification olympique dont Anne-So ne pourra se satisfaire, même si elle a livré quatre combats encourageants au niveau de l’attitude sur le tatami.

Exemptée du premier tour, Jura a écarté la jeune Ouzbèke Muratbaeva (21 ans) sur étranglement avant de retrouver l’Israélienne Minsker, n°25 mondial, qu’elle avait déjà battue à trois reprises, pour une défaite lors de leur dernier face-à-face, en 2018. Et le combat fut intense… Menée d’une pénalité à la fin des quatre minutes réglementaires, Anne-So se montra plus entreprenante lors de la prolongation et en fut logiquement récompensée par un waza-ari, suite à un superbe mouvement.

Arrivée en quarts de finale, notre compatriote rencontra la Française Vaugarny, n°44, qu’elle n’avait jamais combattue jusque-là. Et, une fois de plus, elle domina sa rivale à la garde. Mais, après avoir éliminé l’Israélienne Rishony, celle-ci montra qu’elle était dans un bon jour, surprenant la Belge sur un mouvement d’épaule et l’immobilisant.

Renvoyée aux repêchages, Anne-Sophie Jura retrouva, alors, l’Ukrainienne Cherniak, n°18 mondial et récente médaillée de bronze à Budapest. Plus grande, celle-ci avait, cette fois, la mainmise sur notre représentante, qu’elle retourna au sol, enchaînant avec une clé de bras. Anne-So se défendit et s’en sortit, mais le temps pressait pour revenir au score ! Malgré deux pénalités encore infligées à l’Ukrainienne, Jura ne put renverser la situation et dut ranger son kimono beaucoup plus tôt qu’espéré…

Beaucoup moins heureux, Jorre Verstraeten (-60 kg) s’est, lui, incliné dès son entrée en lice, face à l’Ouzbek Nurillaev, n°61 mondial, vainqueur par waza-ari à quinze secondes de la fin et futur septième de ce Grand Prix.

Ce samedi, Dirk Van Tichelt (-73 kg), face au Roumain Raicu, n°49, et Sami Chouchi (-81 kg), contre le Kirghiz Zoloev, n°32, tenteront de décrocher une médaille, toujours dans la perspective des Jeux de Tokyo, auxquels l’un et l’autre croient plus que jamais !