Un seul garçon, à Oberwart, mais six filles, à Bratislava, s’alignent en European Open en quête de confiance et d’expérience.

Coincés entre les Grands Chelems de Paris, le week-end dernier, et de Düsseldorf, la semaine prochaine, les rendez-vous d’Oberwart (Autriche) et de Bratislava (Slovaquie) sont, certes, moins huppés, mais tout aussi importants pour bon nombre de judokas. C’est pourquoi sept Belges s’y aligneront. Parmi eux, un seul garçon, Charly Nys (-73 kg), accompagné par Frédéric Georgery, et six filles, encadrées par Nicole Flagothier.

Après ses sept combats, disputés à l’Open de Visé, pour une septième place finale, comme l’an dernier, Charly Nys se voit offrir, à Oberwart, une opportunité de gommer sa légitime frustration, tant par rapport à son résultat que sur le plan de la manière avec laquelle le sociétaire du Brussels Judo Institute, à Etterbeek, avait combattu.

"J’ai commis deux fois la même erreur. C’est impardonnable… D’autant que j’étais prévenu. C’est dommage parce que je sortais d’un excellent stage international à Mittersill et que j’aurais aimé que mes entraînements paient. J’espère donc que ce n’est que partie remise !" confiait Charly, au soir de la compétition visétoise.

Le voici donc, à nouveau, face à un défi international d'envergure, lui qui, à 22 ans et toujours étudiant à Louvain-la-Neuve, aspire à franchir un palier dans cette catégorie particulièrement relevée des -73 kg.

Côté féminin, à Bratislava, on retrouvera deux médaillées d’or et une de bronze lors de ce début du mois de février. Sophie Berger (-78 kg), d’abord, tentera de poursuivre sur sa lancée après sa victoire à Odivelas (Portugal) et avant de franchir encore un, voire deux échelons à Düsseldorf.

"Sophie a besoin de combats pour engranger de la confiance. C’est pourquoi nous avons décidé de l’aligner au Portugal et en Slovaquie..." explique Cédric Taymans, le DT francophone. "Car, à Paris ou à Düsseldorf, on tombe souvent sur des ténors dès le premier tour. Et, parfois, on doit ranger son kimono sans avoir vraiment pu donner le meilleur de soi-même. Sophie est capable du meilleur. À elle de le démontrer."

Même argumentation pour Myriam Blavier (-57 kg) et Lois Petit (-48 kg), respectivement en or et en bronze à Herstal. En revanche, pas d’Alessia Corrao, (-63 kg), blessée à l’avant-bras et… alignée au National juniors !

Nos autres représentantes seront : Ellen Salens (-48 kg), médaillée d’or en octobre 2019, à Tallinn, Amber Ryheul (-52 kg), médaillée de bronze en février 2019, à Oberwart, et Selina Delen (-63 kg).