La nouvelle de la défaite de Teddy Riner en quarts de finale des Championnats de France par équipes a résonné comme un coup de tonnerre dans l’Hexagone. Elle est également arrivée jusqu’au Japon, où tous les spécialistes cherchent le moyen de battre le multiple champion olympique et mondial aux Jeux de Tokyo. On le sait : en principe, ce n’est pas Kokoro Kageura, tombeur du Français, en février, à Paris, qui aura l’honneur de le défier l’an prochain, mais Hisayoshi Harasawa qui s’y prépare depuis des années.

En attendant, un judoka français a créé une énorme surprise, ce samedi, à Brest, en venant à bout d’un Riner, peu à son affaire. Énorme surprise parce que Teddy n’avait plus été battu par l’un de ses compatriotes depuis le… 7 novembre 2007, également aux Championnats de France par équipes. Et c’était l’oeuvre de Jean-Sébastien Bonvoisin, dont le principal résultat de la carrière est une médaille de bronze à l’Euro 2013, où il avait battu… Benjamin Harmegnies au premier tour et le Russe Saidov en finale pour la troisième place.

Mais revenons à ce combat entre Teddy Riner et Joseph Terhec, 25 ans, devenu champion de France avec son club de Sucy (Val de Marne) au terme d’une folle journée pour lui. Ou plutôt devrait-on parler de non-combat tant ce fut emprunté de la part des deux adversaires et conclu sur trois pénalités à deux en défaveur de la star du PSG Judo. Tous deux pénalisés une première fois après 0’48, Riner et Terhec ne se sont guère livrés pendant leur affrontement qui a vu le double champion olympique être pénalisé pour sortie illicite de tatami après 1’36. Ensuite, vint le moment fatal avec une autre pénalité infligée aux deux rivaux.

En 2’50, Joseph Terhec a plombé l’ambiance, Teddy Riner sortant du tatami, fou de rage contre l’arbitrage. Réaction de son vainqueur, ce dimanche, dans les colonnes du quotidien Le Parisien:...

"Je ne vais pas me plaindre. Les arbitres ont estimé que j’avais été un peu plus généreux que Teddy. Mais je comprends sa réaction. Pour ma part, je ne pense pas avoir gagné grâce à l’arbitrage. J’ai seulement été un peu plus malin et roublard. Le judo, c’est comme ça maintenant."

En attendant, la terre a tremblé, ce samedi après-midi, du côté de Brest…