Autres sports

Pour son tout premier tournoi sur la scène internationale seniors, le Brabançon de 18 ans a terminé au pied du podium dans la capitale turque, battant au passage quelques ténors de sa catégorie (-75 kg).

Effacée, la légitime déception de ses premiers Championnats d'Europe seniors, fin mars, à Guadalajara, où il s'était incliné d'emblée, à la décision, après un 0-0 face au Portugais Silva ! Quentin Mahauden a été impressionnant, ce dimanche, à Istanbul, terminant au pied du podium, battu par le Hongrois Harspataki, n°7 mondial, sur le score de 0-6. Pas de médaille pour le Brabançon, mais la promesse d'un bel avenir.

Engagé en -75 kg, Quentin était exempté du tour initial, il est vrai réservé à quelques modestes combattants. Parmi eux, le Chypriote Loizides, première victime de notre compatriote (5-0). Opposé ensuite à l'Américain Scott, n°6 mondial, Quentin Mahauden a sorti le meilleur de lui-même pour émerger (9-8).

Ce fut, ensuite, au tour de l'Allemand Bitsch, n°9 mondial, de subir la loi de notre champion olympique de la Jeunesse, en octobre, à Buenos Aires. Un "score Arsenal", comme on dit en football, de 1-0 pour avoir le droit de défier le Brésilien Dos Anjos, n°173 mondial, mais dans un jour de grâce, auquel mit fin Mahauden en partageant sur le score de 4-4 avant que les juges ne lui accordent la victoire.

Arrivé en finale de tableau, Quentin se vit, alors, proposer l'Italien Busa, n°3 mondial, comme adversaire. Et, là, notre jeune compatriote s'inclina sur le score de 0-7.

Repêché, Quentin se paya encore le scalp de l'Arménien Makyan, n°147 mondial, avant de s'incliner pour la médaille de bronze, des oeuvres du fameux Hongrois.

Actuellement n°58 au ranking, compte tenu des points accumulés quand il était junior et, surtout, de sa médaille d'or olympique, Quentin Mahauden devrait encore progresser et peut-être se rapprocher d'un classement intéressant en vue des Jeux de Tokyo, même s'il a toujours affirmé que l'échéance olympique 2020 tombait trop tôt pour lui. Qui sait ? Surtout vu le funeste choix des organisateurs des Jeux de Paris d'écarter le karaté de leur programme au profit du breakdance.

Encore une fois, comprenne qui pourra...