Pour rappel, le huis clos est en vigueur pour le sport en salle depuis la fin novembre. "La viabilité des clubs est sous pression", déclare Maarten Bostyn, président de la Pro Basketball League, dans un communiqué publié mercredi. "Le modèle économique du basket-ball est construit autour de la billetterie, de l'hospitality et du sponsoring. Pour que ce modèle soit viable, nous avons besoin d'un public. Nos clubs ont déjà montré qu'ils sont parfaitement capables d'organiser des matchs de manière professionnelle et dans le respect des règles."

"Si cette situation perdure, il faut un soutien financier, car les coûts continuent et les revenus diminuent", embraye Luc Haegemans, président de l'EuroMillions Volley League. "Sinon, nous devons être en mesure de jouer à nouveau avec un public dès que possible. Nous demandons donc fermement l'égalité de traitement des audiences en salle."

Les deux ligues rappellent que "les deux sports ont investi des dizaines de milliers d'euros l'année dernière dans des protocoles spécifiques aux salles afin de pouvoir organiser des matchs en toute sécurité" et disent pouvoir "facilement accueillir plus de 200 personnes de manière responsable".

"Nous avons l'impression de ne pas être entendus pour le moment, et ne voyons pas la logique de certaines décisions, que nous vivons comme discriminatoires et disproportionnées par rapport à ce qui est encore possible dans d'autres secteurs", estime Maarten Bostyn. "Dans ce sens, nous allons analyser l'arrêt du Conseil d'État et voir quelles sont les options possibles".

L'AISF plaide pour un retour du public dans le secteur sportif

L'Association interfédérale du sport francophone (AISF) plaide elle aussi pour un retour de public dans le secteur sportif, privé de spectateurs à la suite des décisions du Comité de concertation (Codeco). C'est la décision prise mardi par le Conseil d'Etat de revenir sur la fermeture du secteur culturel qui a poussé l'AISF à demander le retour du public dans les gradins.

"Le monde sportif comprendrait mal et contesterait le fait que la présence du public selon certaines jauges (avec le respect des mesures sanitaires comme le contrôle du CST, le port du masque, la ventilation, etc.) ne lui soit pas également applicable d'autant que, comme le Conseil d'État l'a souligné pour les salles de spectacles, les infrastructures sportives ne sont pas des lieux particulièrement dangereux pour la santé et la vie des personnes en tant qu'ils favoriseraient la propagation du coronavirus", indique l'AISF dans un communiqué publié mercredi. "Il nous paraîtrait d'ailleurs parfaitement incohérent que, à titre d'exemple, un spectacle puisse avoir lieu avec du public, mais qu'un match de football ou de basket doive se tenir à huis clos. L'AISF demande donc aux autorités de permettre, selon certaines règles, la présence du public dans le secteur sportif".

L'AISF rappelle en outre l'importance du public dans la trésorerie des clubs. "Sans ce public, les recettes de nos clubs sont lourdement impactées et certaines fédérations ont d'ailleurs fait, ou feront peut-être, le choix de suspendre les compétitions", selon l'AISF.