Un an après son dernier combat, Bilal Laggoune va remonter sur le ring pour un combat de prestige, le samedi 31 octobre, en sous-carte du duel de poids lourds entre Oleksander Usyk et Dereck Chisora, à Londres. Le boxeur de Ninove aura, en effet, une deuxième opportunité (après le ‘nul’ ayant sanctionné son duel face à l’Ukrainien Kucher en 2015), à 27 ans, de s’emparer du titre de champion d’Europe des lourds-légers, qu’a abandonné Lawrence Okolie.

"On a reçu une belle proposition et j’ai apposé ma signature sur le contrat il y a une semaine", explique Bilal Laggoune (25-1-2), dont le combat a été officiellement mis au programme de cette soirée ce mercredi par la société Matchroom. "Je m’orientais vers l’IBF mais la crise sanitaire a gâché deux de mes combats prévus ces derniers mois. Du coup, je n’ai pas hésité. C’est un peu court comme préparation mais on va tout faire pour ramener la ceinture. Ce jeudi matin encore, j’ai fait quatre rounds de sparring avec Ryad Merhy et j’ai d’autres partenaires d’entraînement. Je suis conscient que c’est une opportunité de briller sur la scène internationale. Eddie Hearn, l’organisateur, est un peu le Don King de 2020, alors c’est à moi de me montrer sous mon meilleur jour."

Devenu papa au printemps 2019, Bilal Laggoune était entré dans le monde du travail pour gagner sa vie. Heureusement, il a bénéficié d’un congé pour préparer ce combat l’opposant à l’Irlandais de 29 ans Tommy McCarthy (16-2), vainqueur de Fabio Turchi en Italie. "Ce n’est pas un mauvais boxeur, mais je ne me sens pas inférieur à lui. Il est grand, il a un style qui peut être embêtant et il trouve bien sa distance mais il a également des défauts que je veux exploiter. J’ai les armes pour contrarier ses plans", assure Bilal.