Le Dragons joue avec son bonheur

Autres sports

Jean-François Jourdain

Publié le

Les Anversois du Nord menaient 5-2 avant de perdre le fil contre un Beerschot qui a crânement joué sa chance

BRASSCHAAT À chaque semaine, son match fou. Ceux qui pensaient avoir tout vu la semaine dernière à Louvain-Waterloo auraient été bien inspirés de se déplacer au parc de Brasschaat, où le Beerschot a réussi un des plus fantastiques retours de l'histoire du championnat. Mené 5-2 à vingt minutes du coup de sifflet final, et encore 5-3 à sept minutes de la fin, il a réussi un incro- yable tour de force pour s'imposer sur le fil 5-6. Le Dragons reste à zéro point et à moins d'un miracle, sera absent des demi-finales cette année. Une solide déception pour les Bras- schaatois, particulièrement actifs sur le marché des transferts dans l'inter-saison et qui peuvent déjà préparer la prochaine saison.

Rien ne semblait destiner ce der- by à basculer de la sorte. Au repos, le Beerschot s'en tirait bien avec le score de 2-2, ayant transformé son unique pc par John Goldberg au quart d'heure et ayant égalisé par Philippe Goldberg sur un centre de Jérémy Van Laere sur sa seule attaque bien construite de la mi-temps. Entre-temps, le Dragons était passé de 0-1 à 2-1 sur un tir violent de Stumpe qui, bien que contré, entra dans le but deux minutes après le goal d'ouverture, et par un pc de Zoulou Brulé, les deux premiers essais de Jérôme Dekeyser ayant buté sur un Ide des grands jours.

À la reprise, le Dragons sembla s'envoler vers une victoire facile. Lorsqu'il força trois pc consécutifs à la 39e et que Thomas Briels marqua au rebond, on se dit que le plus dur était fait pour les Brasschaatois. Impression confirmée à la minute suivante lorsque Jim Briels alourdit la marque sur effort personnel, puis lorsque Dewever transforma une variante de pc (5-2). Le Beerschot ne savait plus où donner de la griffe mais son coach Marcelo Orlando n'avait pas encore abdiqué toute prétention. Il fit monter Maxime Vandersmissen pour meubler son entrejeu et évolua homme contre homme derrière. Avec des effets immédiats car le Beerschot prit dès ce moment possession absolue de l'entrejeu et accula le Dragons devant son but. À la 50e, John Goldberg transforma le 3e pc des Mauves pour réduire l'écart à 5-3.

Quatre minutes plus tard, se situa le tournant du match. Le Dragons obtint son 9e pc du match, et Gilles Verdussen dévia la balle du corps. Thomas Dumon, malgré l'avis inverse de son collègue Donald Heering, jugea que la balle ne prenait pas la direction du but et accorda donc un dégagement pour jeu dangereux. Les Ours étaient toujours vivants.

Lorsque Jérémy Van Laere rata un caviar de John Goldberg à 150 cm du but, on se dit que le Bee venait de rater la balle de match mais tout le contraire était vrai. Dans les sept dernières minutes, le Beerschot réussit à transformer trois pc, le premier directement par John Goldberg et les deux suivants au rebond, par Floris Van der Linden et John Goldberg encore. Un match dont on reparlera à coup sûr dans dix ans...

"On ne peut pas justifier de prendre 4 buts en menant 5-2" , commenta l'assistant coach Dennis Dijkshoorn. "Le Beerschot a joué le tout pour le tout et a montré aujourd'hui que son pc était très performant mais c'est de notre faute, nous avons perdu beaucoup trop de balles. Même si à mon sens nous sommes privés d'un stroke. Il faut rester calmes, analyser ce qui s'est passé et se rappeler qu'il reste six matches."



© La Dernière Heure 2007

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info