Après avoir attendu une hypothétique fumée blanche durant des mois, le futsal n’a pas pu se raccrocher à un miracle. Comme le football amateur, sa saison est terminée, même pour… l’élite. Cette décision confirme que le petit frère du football est et restera… amateur. "On a loupé le coche au début du mois de janvier", explique Lieven Bart, le président de Gooik. "La Fédération nous a tendu la main en nous proposant une reprise avec des tests Covid-19 réguliers, comme pour le football. Malheureusement, certains clubs ont pensé à leur propre intérêt plutôt qu’à celui de leur sport."

Quid de l’Europe, cette saison ? Si Gooik est actuellement en tête de la série, seules quatre rencontres ont été disputées sur les 22 initialement prévues… "On est dans le doute le plus complet", explique le président Lieven Bart. "On aurait aimé pouvoir conclure la première partie de la saison, pour éviter ce questionnement."

Dans les règlements, ce cas de figure n’est pas vraiment abordé. Si on suit la règle stricte, Charleroi devrait à nouveau représenter la Belgique sur la scène internationale, puisque la moitié du championnat n’a pas pu se dérouler. Mais d’après l’UEFA - qui devrait prendre la décision dans cette affaire - le coefficient et la sportivité pourraient prévaloir… "De notre côté, on espère une décision positive."

Charleroi - qui vient de se faire éliminer sur la scène européenne - est également dans l’expectative. "Normalement, c’est le champion sortant", souligne Aldo Troiani, le patron du Futsal Team. "Mais il existe une règle qui permettrait à l’UEFA de remonter trois années en arrière et de statuer par rapport au club le mieux classé. Dans ce cas, ce sera Gooik. Si c’est cette option, je féliciterai nos adversaires et cela nous promettra un beau championnat l’année prochaine."

Par ailleurs, comme la saison dernière, il n’y a donc pas le moindre descendant. Les équipes de D2 ont entamé une saison et effectué des investissements pour rien. Une formation comme Auvelais a même décidé de mettre un terme à son projet, alors qu’il était un sérieux prétendant à la montée.