L’ANSA, l'agence de presse italienne, a annoncé ce mardi soir que le gouvernement italien pourrait annuler tous les événements sportifs pour une période de 30 jours dans tout le pays.

Seuls les événements sportifs à huis clos pourraient se poursuivre pendant cette période.

Cela impliquerait que les courses cyclistes italiennes, les Strade Bianche, le Tirreno-Adriatico et Milan-Sanremo, initialement maintenues, n'auraient pas lieu.

Lundi, l'organisateur RCS était toujours positif quant à la tenue des courses cyclistes Strade Bianchi, Tirreno-Adriatico et Milan-Sanremo. Il est possible cependant que ces courses cyclistes et toutes les autres disputées en Italie dans un avenir proche soient annulées. Le gouvernement italien envisage en effet d'interdire pendant un mois toutes les manifestations où des spectateurs sont présents, et donc tous les événements sportifs. Cette mesure serait prise afin de limiter la propagation du coronavirus, très présent en Italie.

Selon l'agence de presse italienne ANSA, il ne s'agit pour l'instant que d'une recommandation d'un comité scientifique, mais la proposition est soutenue par le Premier ministre Giuseppe Conte. La mesure s'appliquerait à l'ensemble de l'Italie.

Le monde du sport italien souffre depuis plusieurs semaines de l'épidémie de coronavirus. Plusieurs matchs de football ont été annulés ou été joués à huis clos.

La demi-finale retour de Coupe d'Italie Juventus-AC Milan reportée

La demi-finale retour de la Coupe d'Italie de football entre la Juventus et l'AC Milan qui devait se jouer ce mercredi 4 mars à Turin a été annulée. L'agence de presse ANSA et d'autre média italien ont rapporté que les autorités turinoises ont décidé d'interdire la rencontre. Les inquiétudes concernant le coronavirus ont encore augmenté après que le bilan de victimes du virus a atteint 27 personnes en Italie.

Lundi, le club turinois avait interdit aux tifosi venant de Lombardie, d'Emilie-Romagne et de Vénétie, les régions les plus touchées par l'épidémie de coronavirus, de venir au stade. Il avait justifié sa décision par un décret adopté dimanche par le gouvernement italien sur les mesures de lutte contre le coronavirus, qui interdit notamment jusqu'au 8 mars les déplacements organisés de supporters depuis les régions Lombardie, Vénétie et Emilie-Romagne ainsi que depuis les provinces de Savona (Ligurie) et Pesaro et Urbino (Marches).