Rugby: tournoi des 6 Nations. Anglais et Écossais restent dans le Tournoi

DUBLIN Hier à Croke Park, dans l'enceinte des sports gaéliques, il y avait comme un parfum de tragédie lors de la 2e journée du Six Nations . Quand Vincent Clerc a aplati l'ovale dans l'en-but en toute fin de match portant les Français au septième ciel et crucifiant les Irlandais pour le 5e fois de rang, c'est 82.000 personnes qui avaient le coeur en lambeaux, eux qui avaient accueilli les siens avec cette ferveur digne des plus grands moments de sport. Un sport d'origine britannique qui, à l'instar du cricket ou du football, n'avait jamais pénétré ces murs résonnant au gré de l'histoire de l'Irlande gaélique, catholique et républicaine. Auteur d'un début de match frôlant la perfection, les Bleus comptaient dix longueurs d'avance à la sortie du premier quart d'heure (3-13) avant que O'Gara ne se couche en terre promise à la demi-heure (11-13). Après la pause, les efforts irlandais furent récompensés par une pénalité d'O'Gara. Les Verts prenaient les commandes (14-13). Résistant avec l'énergie du désespoir aux vagues déferlantes de Croke Park, les hommes de Bernard Laporte reprirent doucement leurs esprits, un drop de Beauxis heurtant les poteaux. O'Gara, lui, ne manqua pas la cible. L'Irlande semblait avoir assuré sa victoire mais le dernier mot fut l'apanage de Clerc et Beauxis. Avec deux victoires en deux matches, la France prend une sérieuse option sur la victoire dans le tournoi.

L'Angleterre, médiocre, et l'Écos- se, moyenne, se sont appuyées sur une défense solide et un buteur fiable pour venir à bout respectivement de l'Italie (20-7) et du pays de Galles (21-9). Deux essais en deux matches : triste bilan ! Après l'embellie écossaise de samedi dernier (42-20), Twickenham a été refroidi par une douche italienne. Le XV à la Rose, ballotté devant, est toujours en course pour le Grand Chelem mais il s'est montré aussi peu inspiré que lors des test-matches de novembre. Mais l'Angleterre peut à nouveau compter sur la botte de Wilkinson, auteur de 15 points qui lui permettent de devenir le meilleur marqueur de l'histoire du Tournoi des Cinq et Six Nations, avec 421 points inscrits depuis 1998, devant le Gallois Neil Jenkins (406). L'ailier Paterson est encore loin derrière mais son sans-faute au pied (7/7) a permis à l'Écosse de s'imposer face au pays de Galles...



© La Dernière Heure 2007