Le président du CIO, Thomas Bach a diffusé ce message dans une vidéo, six mois exactement avant la cérémonie d'ouverture des JO de la XXXIIe olympiade. "Six mois avant les Jeux, l'ensemble du mouvement olympique attend avec impatience la cérémonie d'ouverture du 23 juillet", a déclaré le successeur de Jacques Rogge.

On se souvient qu'en mars dernier, le Canada avait annoncé qu'il ne se rendrait pas aux Jeux s'ils avaient lieu et les Etats-Unis étaient aussi favorables à un report. Le lendemain, 24 mars, les Jeux étaient officiellement reportés à cause de la pandémie.

L'Allemand a une nouvelle fois jugé nécessaire d'exprimer sa ferme conviction que les Jeux auront lieu, suite à l'information du journal britannique The Times selon laquelle un membre de la coalition gouvernementale japonaise a déclaré que le Japon avait déjà décidé à huis clos que les Jeux de Tokyo n'auraient pas lieu en raison de la pandémie de coronavirus.

"J'ai parlé aux 206 comités olympiques nationaux dans le monde et ils sont tous pleinement engagés et attendent les Jeux avec impatience. Nous bénéficions du soutien total du gouvernement japonais. Tout le monde est vraiment déterminé à faire de ces Jeux Olympiques la lumière au bout du tunnel. Toutes les perspectives sont bonnes, nous travaillons dur et pour ces Jeux, la première priorité sera de les rendre sûrs pour tous les participants".

Sur ce dernier point, Thomas Bach a reconnu que la sécurité des Jeux sera une tâche énorme, mais il a souligné que, partout dans le monde, de grands événements sportifs se déroulent déjà sans que la vaccination soit généralisée. "Nous examinons tous les scénarios. Il existe une énorme boîte à outils de mesures préparées et nous pouvons y puiser en fonction des conditions sanitaires. Quand il s'agit de Jeux sûrs pour tous, cela ne devrait être un sujet tabou pour aucune mesure".

Pierre-Olivier Beckers, le président du Comité olympique et interfédéral belge (COIB) partage le point de vue du patron de l'olympisme mondial. Il a déclaré pour sa part, à la DH, qu'il était quasi certain qu'ils se dérouleront.

"Sur base des informations dont je dispose, je dirais 100 %. J'ai encore parlé au président Thomas Bach ce jeudi, avec le président de la commission de coordination des Jeux de Tokyo ainsi qu'avec les deux membres japonais du CIO. J'ai entendu ce que le Premier ministre Suga a dit et toutes ces personnes-là m'ont donné une assurance complète. J'ai vu de la détermination et une grande coordination. Ils nous disent : les Jeux démarreront le 23 juillet. Et il n'y a pas de plan B, Thomas Bach l'a souligné. C'est dans les variations du plan A que nous travaillons, avec un très grand nombre de mesures possibles d'adaptation des Jeux", a déclaré celui qui quittera ses fonctions cet automne après quatre mandats et seize années au sommet de l'olympisme belge. Il sera en charge de la coordination entre le CIO et les organsaiteurs des JO de Paris 2024.