Marten Van Riel est venu. Il a nagé, roulé et couru, un peu dans tous les sens. Et il a gagné ! Pour son retour à la compétition, après seize mois d’absence en raison de la crise sanitaire et d’une mauvaise chute à vélo, l’Anversois de 28 ans s’est offert une victoire de prestige ce samedi, à Londres, où avait lieu la Super League, une épreuve imaginée l’an dernier, en plein confinement.

Il faut bien l’avouer, Marten n’avait pas choisi le format le plus facile, mais il avait trop envie de se retrouver au départ d’une course. La Super League n’a, en effet, rien à voir avec un triathlon olympique (1,5 km de natation, 40 km à vélo, 10 km à pied). Les distances sont beaucoup plus courtes (200 m, 4 km, 1 km) et, surtout, à répéter à trois reprises dans un ordre différent. Et ce fut particulièrement explosif, les écarts étant minimes et les points, attribués après chacun des trois volets, disputés. À tel point que Marten Van Riel fut franchement étonné quand la commentatrice lui tendit le micro pour l’interview du vainqueur !

"À la fin, jétais trop fatigué pour calculer ! Mais je suis très heureux d’avoir gagné. Je sentais le souffle de Johnny Brownlee dans ma nuque et j’ai j’ai couru le plus vite possible."

Finalement, avec 27 points engrangés, l’Anversois a devancé l’Allemand Nieschlag (24 pts), victorieux l’an dernier, à Rotterdam, et le Britannique Yee (23 pts), à égalité avec Brownlee, justement.

"J’étais très excité à l’idée de pouvoir m’aligner à Londres, face à ce plateau. Des gars que je connais bien. Et je suis content que ma cheville, que j’ai tordue dimanche dernier, à l’entraînement, a tenu bon. Je rentre ce dimanche en Belgique. Pour deux jours seulement."

Car, mercredi, Marten repartira en Espagne, où l’attend son pote, Jelle Geens, pour poursuivre la préparation en vue des Jeux de Tokyo, plus que jamais l’objectif de nos Belgian Hammers !