Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a estimé que la Russie devait agir contre le dopage, tout en estimant qu’elle n’était pas seule à tricher : "Nous avons un problème avec le dopage et c’est inadmissible. La Russie doit adopter une position plus sévère à ce sujet."

Une sortie alors que son pays, empêtré depuis quatre ans dans un scandale de dopage, saura lundi, à l’issue d’une réunion du comité exécutif de l’AMA à Lausanne, si elle est exclue pour quatre ans des compétitions internationales. "Nous avons commis des péchés mais quoi : les autres pays ne sont-ils pas des pécheurs ?", a-t-il encore fait mine de s’interroger.