Heureusement, il y avait encore sa plaque de cadre, avec le n°32, pour le reconnaître à l’arrivée ! Mais c’est bel et bien lui, Thomas Pidcock qui a été sacré champion du monde de VTT électrique, ce mercredi, à Leogang. Au prix d’un extraordinaire cinquième et dernier tour, le Britannique de 21 ans a remonté, puis dépassé le Français Jérôme Gilloux pour écrire une nouvelle ligne de son palmarès.

Engagé par la formation Ineos pour la saison prochaine (son contrat court à partir du 1er mars…), Pidcock est sans nul doute le coureur pro le plus polyvalent du peloton actuel. Il a, en effet, effectué ses débuts sur la piste avant de débarquer sur la route, en 2018, dans l’équipe montée par Bradley Wiggins. Mais ce n’est pas tout ! Double champion de Grande-Bretagne de cyclo-cross (2019 et 2020), Thomas Pidcock est également vice-champion du monde de la spécialité en 2020, derrière un certain Mathieu Van der Poel…

Sur le parcours très exigeant de Leogang, en Autriche, arrosé par une pluie incessante, le jeune Britannique a laissé parler toute sa puissance pour décrocher le titre mondial de VTT avec assistance électrique ! Il a ainsi devancé le Français Gilloux, victorieux de la toute première manche de la Coupe du Monde, début mars, à Monaco, de 35 secondes et le Danois Andreassen, de 49.

Dans le clan belge, Sven Nys (oui, le double champion du monde de cyclo-cross !) s’est classé 19e de cette épreuve, dont il avait dit que ce serait la seule. Il est vrai que le Limbourgeois affiche 44 ans au compteur.

Pour la petite histoire, le Français Julien Absalon (oui, le double champion olympique de VTT !) a, quant à lui, abandonné, sans doute fatigué par les conditions climatiques exécrables…