Vice-champion olympique en 2018 à Pyeongchang et champion d’Europe, le Louvaniste, qui a fêté vendredi ses 30 ans, ne cachait pas qu’un titre, “c’est toujours plus beau”, mais au final, il était “content d’être 3e.” : “J’ai bien patiné. Cela veut dire que j’entame la saison avec un bon sentiment. C’était l’un de mes objectifs, mais il y a encore le 1 500 m demain (dimanche)”.

Le titre mondial est revenu à l’Américain Joey Mantia, son troisième dans le départ groupé. “Peter Michael (NdlR : le Néo-Zélandais) a attaqué tôt et Jorrit Bergsman (NdlR : le Néerlandais, tenant du titre) est allé le chercher parce que les Pays-Bas voulait un sprint pour Arjan Stroetinga (NdlR : finalement 2e). Moi, j’étais en position idéale derrière Jorrit. À 500 m de l’arrivée, j’ai entamé le sprint. Joey m’a passé. La course n’était pas très dure, même si le tempo a tout le temps été élevé. Mais Joey, c’est un fameux client.”

Outre le 1 500 m en clôture de ces Mondiaux dimanche, Bart Swings va continuer à s’entraîner avec son équipe IKO lors des deux prochaines semaines “pour essayer l’une ou l’autre chose afin d’être plus fort dans le dernier tour”.