Quel est l’état de la pratique sportive en Fédération Wallonie-Bruxelles ? Quel est l’impact économique et social du sport en Belgique ? Quelle est la valeur sociétale du sport de haut niveau ? Où en est-on sur le plan des affiliations dans les fédérations et clubs sportifs francophones après deux ans de pandémie ? Pour répondre à toutes ces questions, l’Adeps a sollicité plusieurs universités, belges et étrangères, qui l’ont abreuvée de chiffres intéressants. Et le premier d’entre eux est encourageant ! Il a, bien entendu, trait au Covid-19, ce virus qui a bouleversé nos vies et nos pratiques sportives depuis février 2020.

On peut affirmer qu’en Fédération Wallonie-Bruxelles, on a tourné la page, ou presque, de ces deux années de restrictions. Fin 2021, le nombre total d’affiliés aux fédérations sportives était de 733.693 affiliés pour 735.781, fin 2019, soit -0,28%. Bien sûr, il y a quelques variations puisque la reprise s’est opérée en extérieur, les sports indoor (-5,30%) et de combat (-12,04%) accusant encore un certain retard. Au niveau des clubs sportifs, la tendance est identique avec -0,84 %. Mais nul doute que le mouvement vers le positif est engagé. Tant mieux !

Ces enquêtes de l’Adeps ont été motivées par la volonté constante de l’institution de s’améliorer. "Nous voulons proposer de nouveaux projets sportifs au monde politique, en particulier à la ministre des Sports Valérie Glatigny, répondre au mieux aux besoins des citoyens en remettant en question nos propres activités comme les stages ou les marches Adeps et, surtout, partager ces données avec nos partenaires pour construire l’avenir !" explique Alain Laitat, Administrateur général de l'Adeps.

En Belgique, le sport = 9,4 milliards et 122.240 emplois

À l’échelle de la Belgique, le sport génère 9,4 milliards d’euros et emploie 122.240 personnes, ce qui représente respectivement 2,5 % de l’économie et 2,7 % des employés. Et la valeur ajoutée brute du sport dans notre pays se monte à 6,6 milliards d’euros, un peu moins que l’alimentaire, mais un peu plus que l’énergétique. 1 euro sur 39 est ainsi généré par le sport ! C’est dire son importance à la fois économique et sociale…

Entre juin 2019 et octobre 2020, la pratique sportive, étudiée sur un public de 6 à 80 ans en Fédération Wallonie-Bruxelles, est globalement en hausse et, en particulier, chez les jeunes (de 6 à 18 ans), où elles est passée de 66 % en 1991 à 76 % en 2019, malgré la concurrence de plus en plus forte du temps d’écran (télévision, portable, jeux vidéo…) et certains freins comme le coût, surtout en période crise.

Quant au sport de haut niveau, il continue à jouer son rôle de moteur puisque 86 % de la population en Fédération Wallonie-Bruxelles estiment que les sportifs sont des modèles inspirants, la palme de la popularité revenant à… Nafi Thiam. Mais attention : l’impact des Jeux d’été, à Tokyo, n’a duré que quelques mois en Wallonie alors qu’il s'est révélé stable en Flandre jusqu’après les Jeux d’hiver, à Pékin.

Une source de réflexion pour les dirigeants sportifs, bien décidés à continuer d’investir dans le sport, tout en tenant compte des aspirations de nos jeunes et moins jeunes…