Venue à Bruxelles sans aucune attente particulière aux Paralympic Sport Awards 2020, la nageuse Tatyana Lebrun (16 ans) est repartie chez elle avec le trophée Engie Talent of the year qui récompense un jeune talent prometteur.

"Cette récompense, c’est une magnifique source de motivation pour le futur, expliquait tout sourire la Stavelotaine, qui s’entraîne sept fois par semaine. C’est aussi une fierté. En plus, je ne m’attendais pas à recevoir un message de félicitations et d’encouragements de Pieter Timmers (NdlR : médaille d’argent aux JO de Rio en 2016) . C’est cool et super motivant."

Et même émouvant pour la nageuse qui versa une petite larme sur le podium avant de retrouver ses esprits pour évoquer ses prochains objectifs : "À Anvers, il y a quelques semaines, j’ai bien amélioré mes temps. Je ne suis plus très loin des chronos demandés par le comité paralympique pour les Jeux de Tokyo. J’ai nagé le 100 mètres brasse en 1:20:82 et il faut réaliser 1:19:25 pour aller au Japon. Avec mon chrono actuel, je suis cinquième mondiale. Mon objectif de départ, c’était les Jeux de 2024 à Paris. Mais maintenant, avec mon temps, j’ai dans un coin de ma tête de me rendre à Tokyo. Si j’y vais, ce sera du bonus. Si je n’y vais pas, il y aura un peu de déception mais ce ne sera pas la fin du monde car cela ne représentait pas mon objectif premier."

En plus des critères sportifs, la nageuse de Saint-Vith devra, dans les semaines qui viennent, se plier à des tâches plus administratives.

"Je dois encore me faire classifier au niveau international et c’est prévu à Sheffield où je pars le 4 avril pour une compétition, poursuivait Tatyana Lebrun qui est soutenue par la Communauté germanophone, la Ligue handisport francophone et l’Adeps. J’ai déjà une classification belge qui détermine dans quelle catégorie je dois nager. Mais pour les compétitions internationales, il faut une classification internationale. Il y a un examen hors de l’eau où on observe tes articulations et l’amplitude des membres. Ensuite, il y a un examen dans l’eau pour voir ce qu’on sait faire et ne pas faire. Tu reçois un nombre de points et selon celui-ci tu es classé dans une catégorie. La classification internationale une fois acquise, mon objectif premier sera de participer aux Championnats d’Europe qui se déroulent en mai à Madère. Au niveau des classifications, cela va de S1 à S10, cette dernière étant celle des athlètes les moins touchés. C’est celle où je me situe."

Souffrant depuis la naissance du syndrome de Larsen, une maladie qui touche les articulations et les os, Tatyana Lebrun a trouvé dans la natation un espace où elle peut pleinement s’épanouir.

Le palmarès

Performance of the year (hommes) : Ewoud Vromant (cyclisme). Performance of the year (femmes) : Griet Hoet et Anneleen Monsieur (para-cyclisme). Engie Talent of the year : Tatyana Lebrun (natation).